Jean-Christophe Lagarde
@Tim Douet

“Ce n’est pas avec 3h de macramé qu’on va redresser l’école”

Le candidat à la présidence de l’UDI Jean-Christophe Lagarde a estimé ce matin dans L’Autre Direct que l’Éducation nationale “met à la rue 150 000 jeunes chaque année”, ce qu’il qualifie de “suicide social”.

Le député-maire de Drancy et candidat à la présidence de l'UDI Jean-Chrisophe Lagarde était l'invité ce matin de L'Autre direct. Il s'est montré très critique envers l'Education nationale. "Nous avons une école de la République qui est en faillite et qui est pourtant un des piliers de notre République", estime le centriste.

"Aujourd'hui, avec le premier budget de l'Etat, l'école reproduit les élites sociales dans les grandes écoles, elle effondre 150 000 jeunes qu'elle jette à la rue chaque année, sans diplôme et sans capacité à s'intégrer, ce qui est un poids terrible pour notre société et un suicide social pour notre République. Le niveau baisse en permanence", juge-t-il, avant de se montrer particulièrement tranchant sur les dernières réformes.

"C'est pas avec 3 heures par semaine d'une réforme des rythmes scolaires qui coûte beaucoup d'argent et qui a pour objectif de faire faire des ateliers pompons, macramé ou ping-pong à des gamins qui ne savent pas lire et écrire, qu'on va redresser l'Education nationale dans notre pays."

Faire défiler vers le haut