Police © Tim Douet

Lyon : tabassés, deux étudiants portent plainte contre des policiers

Deux étudiants de 19 ans ont déposé une plainte contre X pour avoir été tabassés dans le 2e arrondissement par des policiers. 

Selon le journal 20 minutes, deux étudiants de 19 ans en DUT à Lyon ont déposé plainte contre X pour “violences volontaires aggravées” après un passage à tabac par des policiers. Les faits auraient eu lieu dans la nuit du 20 au 21 février dernier près de la place Saint-Nizier (Lyon 2e). “Benoît marchait sur le trottoir et Florent se trouvait sur la chaussée, juste à côté, lorsqu’une voiture de police sérigraphiée les a frôlés. Florent, qui a manqué de se faire écraser, a crié 'Attention'”, raconte l’avocat au quotidien.

La voiture de police aura alors brusquement freiné et trois agents seraient sortis et aurait poussé l'un des deux jeunes hommes le faisant basculer en arriéré. Il se serait alors cogné la tête contre le sol. Bilan  : plusieurs contusions au thorax et aux jambes, une fracture du scaphoïde et une ITT de 100 jours, écrit 20 minutes.

L'autre aurait alors essayé de calmer la situation avant d’être mis au sol par une “balayette” et de recevoir des coups de pieds. Les deux étudiants ont admis qu’ils étaient alcoolisés et avoir fumé sur un joint, mais assurent ne pas avoir insulté les forces de l'ordre. Finalement, les policiers leur auraient dit “barrez-vous bande de petits cons si vous ne voulez pas finir en garde à vue”, selon leur déposition consultée par nos confrères. Le parquet de Lyon a expliqué avoir saisi “le pôle de commandement discipline et déontologie de la DDSP du Rhône” et assure avoir identifié les deux fonctionnaires en questions. 

à lire également
Ralentie en début d’année par le mouvement des avocats contre la réforme des retraites, l’institution judiciaire a été paralysée près de deux mois par les mesures de confinement. Malgré une reprise progressive de l'activité au tribunal depuis le 11 mai, un important retard dans les dossiers s’est accumulé. Au pénal, pendant cette période, seules les urgences sont traitées, en comparutions immédiates. Urgences vitales pour les femmes battues, alors que les affaires de violences conjugales se succèdent tous les après-midi.
Faire défiler vers le haut