Le Chaos jugé à Grenoble

La mairie du village demande toujours la 'remise en état' de la maison, et donc la destruction des œuvres produites par Ehrmann ou à sa demande (plus de 3000 depuis 2004). Ce procès intervient après que la Cour de Cassation a annulé un jugement de la cour d'appel qui condamnait Thierry Ehrmann, patron d'Artprice, à une grosse amende (200 000 euros), mais ne lui imposait pas de remettre en état la Demeure.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut