Affaire de la sex-tape : les avocats de Benzema accusés par la juge

La juge d’instruction en charge de l’affaire de chantage à la sex-tape mettant en cause Karim Benzema a accusé ses deux avocats de “violation du secret professionnel et recel”. Ces derniers se disent choqués de ces accusations.

Le 13 avril dernier, Nathalie Boutard, juge d’instruction en charge du dossier Benzema a signalé au parquet de Versailles une potentielle violation du secret professionnel et recel de la part de Maîtres Sylvain Cormier et Éric Dupond-Moretti, les avocats du joueur français .

Dans ce cas présent, la violation du secret professionnel et recel consisterait en la divulgation d’informations sur le dossier de la part de Me Cormier à Me Dupond-Moretti alors que ce dernier ne serait pas encore officiellement défenseur de Benzema dans cette affaire. Il semblerait selon le Parisien qui a sorti l'affaire que les deux avocats auraient envoyé des demandes cosignées à la juge qui estime donc cette démarche illégale.

“Les oreilles m’en sont tombées”

Me Cormier a déclaré aux journalistes être "scandalisé" de la manoeuvre de la juge, mais Me Dupond-Moretti, pourtant du genre vindicatif, n’a pas communiqué sur le sujet. En effet, il avait déjà fait parvenir à Nathalie Boutard une lettre plutôt cinglante pour lui faire comprendre son point de vue et que s’est procuré le journal.

Le ténor du barreau déploie toute sa verve en regrettant que la juge ne lui ait pas passé un simple coup de téléphone pour qu'il puisse lui expliquer la situation et "éviter des démarches inutiles". Dupond-Moretti conclut sa lettre en exprimant "son exacte considération" à la juge tout en lui précisant bien que cette phrase pourrait entraîner une poursuite pour "outrage à magistrat", histoire que Nadine Boutard sache à quoi s'en tenir.

à lire également
Manifestation des éboueurs de Pizzorno devant la Métropole © Simon Alves
Dix salariés grévistes de l'entreprise Pizzorno étaient convoqués mercredi au tribunal de grande instance de Lyon. Leur entreprise les accusait de "diffamation", "entrave à la liberté de travail" et "jets de projectile". Ce jeudi, la justice a considéré que la grève pouvait continuer et qu’aucun blocage excessif n’était effectué.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut