Patrick Timsit et Astrid Whettnall sur le tournage de “Tout contre elle” à Lyon © Solo Duo Production
Patrick Timsit et Astrid Whettnall sur le tournage de “Tout contre elle” à Lyon © Solo Duo Production

“Tout contre elle”, un thriller tourné à Lyon

Lyon vient d’accueillir le tournage de Tout contre elle, un thriller réalisé par Gabriel Le Bomin, avec dans les rôles principaux Astrid Whettnall, Sophie Quinton et Patrick Timsit. Le scénariste, Gilles Taurand, qui a notamment collaboré avec André Téchiné et Benoît Jacquot, nous en dit un peu plus.


Lyon Capitale : Vous avez adapté un roman de Tatiana de Rosnay, Spirales. Comment avez-vous construit les personnages principaux, notamment Hélène, victime d’une circonstance assez malheureuse ?

Gilles Taurand : Tout contre elle est un thriller psychologique, dont j’ai fait évoluer certains aspects par rapport au roman. Mais la trame reste la même. C’est l’histoire d’Hélène, la femme d’un riche industriel lyonnais candidat aux élections législatives qui, parce qu’elle s’ennuie, trompe son mari avec un jeune inconnu. Ce dernier meurt d’une crise cardiaque dans ses bras. Paniquée, Hélène s’enfuit en oubliant son sac à main, qui est retrouvé par Alice, la femme de ménage du défunt. Cette dernière va peu à peu s’infiltrer dans la vie d’Hélène, dans une sorte de chantage pervers, car ce drame menace l’élection de son mari.

Alice est donc un personnage clef ?

Oui. Mais contrairement au roman de Tatiana de Rosnay, elle ne demande pas d’argent. Elle veut être l’amie d’Hélène. C’est un peu le pendant féminin de Harry, un ami qui vous veut du bien. Elle est souriante, cache son jeu, mais est dans une perversion totale. Jouée par Sophie Quinton, Alice est le loup dans la bergerie. Si ce n’est que la bergerie est une belle demeure à Saint-Didier, dans les monts d’Or. J’avais situé ça chez des amis à Sainte-Foy-lès-Lyon, mais leur maison n’était pas dispo. Dans ce film, elle représente d’ailleurs un véritable personnage.

Sophie Quinton sur le tournage de “Tout contre elle”, de Gabriel Le Bomin, en juillet 2018 dans les monts d’Or © Solo Duo Production
Sophie Quinton sur le tournage de “Tout contre elle”, de Gabriel Le Bomin, en juillet 2018 dans les monts d’Or © Solo Duo Production

Que pouvez-vous nous dire du personnage joué par Patrick Timsit ?

Henri Dewallon est le PDG d’un grand laboratoire lyonnais qui se présente en favori aux élections législatives. Ambitieux, c’est un centriste bon teint, à l’image de la ville. Il est cocu mais pas idiot. Et il aime réellement sa femme.

Pourquoi situer cette histoire à Lyon ?

C’est une ville que je connais bien depuis ma collaboration avec André Téchiné dans Les Voleurs, qui se déroule en partie à Lyon. Mais c’est surtout grâce à mon regretté ami Bernard Rapp, qui avait tourné Une affaire de goût à La Tour Rose, de notre ami commun Philippe Chavent. C’est toute une époque, dont je garde de très bons souvenirs !

On vous connaît pour votre travail avec André Téchiné, Benoit Jacquot et de jeunes réalisateurs comme Kattel Quillévéré et avec Gabriel Le Bomin qui a plutôt un CV de documentariste. Pouvez-vous nous dire quelques mots de votre parcours ?

J’ai probablement été le scénariste qui a travaillé pour le plus de genres de film différents, et le plus de réalisateurs ! Je suis très éclectique. Je partage avec Gabriel Le Bomin, réalisateur de Tout contre elle, le goût du documentaire. J’ai moi-même réalisé celui qui retrace l’histoire du festival de Cannes. Je prépare le prochain film de Kattel Quillévéré, avec qui j’ai déjà collaboré dans Réparer les vivants, dont j’ai écrit le scénario.


Le film de Gabriel Le Bomin sera diffusé sur Arte en 2019.

à lire également
Monsieur Cinéma doit apporter une caméra à un réalisateur qui tourne à Lyon. Yan Le Pon se déguise en vieux lion pour nous raconter les nombreux tournages ayant pris pour décor les ruelles du quartier Renaissance. Au fil de cette flânerie entre Saint-Georges et Saint-Paul, réapparaissent le grand Lino et madame Signoret, mademoiselle Binoche, Olivier et son Gang, Lelouch et Luchini… et un Tavernier bien connu des cinéphiles lyonnais.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut