@ Simon Gosselin

Théâtre : Illusions perdues… et retrouvées au théâtre de la Croix-Rousse

Pauline Bayle a conçu une mise en scène épurée du grand classique de Balzac, Illusions perdues, à l’affiche du théâtre de la Croix-Rousse.

Comme pour beaucoup de ses romans, Honoré de Balzac a écrit Illusions perdues, à marche forcée, dans la dèche, pour tenter de calmer ses créanciers. Pourtant, c’est une des pièces maîtresses de son immense série romanesque, La Comédie humaine. Marcel Proust, qui s’y connaissait un peu en littérature, considérait que c’était le meilleur roman de Balzac.

Cette histoire “pleine de vérité”, ainsi que le voulait son auteur, raconte la fulgurante ascension sociale de Lucien de Rubempré, un jeune provincial, dans le monde du journalisme et des lettres parisien, puis son douloureux échec.

Non sans omettre de narrer ses succès amoureux et ses déboires sentimentaux. Si l’on en croit le succès du film de Xavier Giannoli (avec notamment Benjamin Voisin, Cécile de France et Vincent Lacoste), adaptation cinématographique spectaculaire mais fidèle du roman, la société décrite par Balzac dans ses aspects les plus troubles et les moins reluisants n’a rien perdu de son attrait.


Tout repose sur le texte


Ce que tend à prouver également la réussite du spectacle de Pauline Bayle, qui reprend aussi le titre balzacien, puisqu’il a obtenu le grand prix de la critique (meilleur spectacle de l’année pour 2021-2022). Dans cette mise en scène qui se joue sur un vaste plateau blanc autour duquel se regroupent les spectateurs, tout repose sur le texte. Et sur le talent des jeunes comédiens qui s’en emparent, incarnant à tour de rôle une vingtaine de personnages plus vrais que nature.

Les mots claquent sur une scène vide où il suffit de quelques chaises pour faire surgir une salle de rédaction, un théâtre à l’italienne ou un hôtel particulier.

“Il est autant question d’une destinée individuelle guidée par l’ambition et l’arrivisme, que de la vanité du monde des médias. L’actualité du propos est stupéfiante ; les costumes, le phrasé et la musique renforcent cette évidence. Une audace artistique addictive mise à la portée de tous”, affirme le texte de présentation du théâtre de la Croix-Rousse, pour ce spectacle programmé en collaboration avec les Célestins.


Illusions perdues – Du 16 au 26 novembre au théâtre de la Croix-Rousse (en co-programmation avec les Célestins)


 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut