Musée des tissus© Tim Douet

Musée des Tissus : un agenda de la “renaissance” après le crowdfunding

163 414€ ont été récoltés lors de la campagne de financement participatif pour le musée des Tissus de Lyon. Un chiffre éloigné des 450 000€  espérés au maximum qui fait, malgré tout, de ce crowdfunding, une réussite au niveau national.

Le financement participatif pour le musée des Tissus est terminée. La campagne qui a duré un peu plus de 50 jours aura permis de récolter 163 414€. Un chiffre bien loin des 450 000€ attendus, mais qui fait tout de même entrer ce crowdfunding dans le top 4 des financements participatifs de patrimoine culturel en France après le château La Mothe-Chandeniers (1 600 000€) et l'association Demos avec le Philarmonique de Paris : (272 000€ et 228 000€).

Un don moyen de 107€

Au lancement du crowdfunding, la CCI de Lyon, le conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes et le syndicat Unitex avait souhaité s'appuyer sur les 135 000 signataires de la pétition en faveur du sauvetage de l'institution de la rue de la Charité. Finalement 1528 contributeurs ont participé au financement participatif pour un don moyen relativement élevé de près de 107 €. Cette somme viendra se soustraire aux 24 millions d'euros (et non 10 millions d'euros prévus initialement) mis sur la table par le conseil régional, avait annoncé Laurent Wauquiez. “Nous sommes super content. Il y a eu des contributeurs du monde entier, ce qui prouve l’intérêt des participants pour cette opération et la région les remercie”. Questionné sur l'écart entre la somme obtenue et le palier de 450 000€ qui n'a pas été atteint, le conseil régional a préféré insister sur le montant récolté par rapport aux projets de même envergure : “On se classe comme le premier projet pour un musée ce qui n'est pas rien. C'est un pari réussi puisqu'il s'agit de la première opération de financement participatif devant le musée d'Orsay qui avait fait 155 000 euros”.

Première pierre posée début 2019

Le financement étant clos, le processus de restauration et de “renaissance” (comme le répète Laurent Wauquiez) des lieux va suivre son cours. Fin juin, le recrutement d'un conservateur et d'un directeur général sera lancé. Le groupement d'intérêt public sera mis en place durant l'été pour une entrée en vigueur en septembre. Le transfert vers le conseil régional des deux hôtels particuliers appartenant à la CCI se fera à l'automne. Quant au projet muséographique, il sera réalisé sur le dernier trimestre 2018. La pose de la première pierre des travaux devrait avoir lieu début 2019. Selon nos informations, dans ce laps de temps, le comité d'honneur présidé par Stéphane Bern sera révélé en présence des personnalités, notamment du monde de la mode. Aucune date n'a été avancée pour le moment.

à lire également
Jacques Truphémus dans son atelier lyonnais, avec La Belle Servante, en 2013 © Stani Chaine
181 toiles du peintre lyonnais Jacques Truphémus, mort l’an dernier, seront dispersées aux enchères ce samedi, mises en vente par son neveu et seul héritier. L’occasion de rappeler que cet homme tranquille et discret n’a longtemps pas été considéré par le monde de l’art officiel.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut