Mogarra Transsibérien home
Joachim Mogarra

Mini-tour en Sibérie à la BM de la Part-Dieu

Joachim Mogarra fait partie de ces artistes trublions dont la fantaisie et l’humour potache détonnent dans le champ de l’art contemporain.

Digne héritier dada, Mogarra mêle l’art et la vie depuis ses premiers travaux (hilarantes mises en scène façon roman-photo cheap). Se définissant lui-même comme un “photographe d’atelier”, il érige depuis la table de sa cuisine un petit théâtre imaginaire en noir et blanc où les objets les plus triviaux du quotidien, tels que des livres, des morceaux de sucre, du carton, s’agencent et permettent à l’artiste de réinventer le monde.

L’humour qui s’en dégage repose sur l’écart entre l’objet usuel reconnaissable et ce qu’il représente, sur les différences d’échelle (une tasse devient pagode, un chocolat un adorable chalet), le mélange des genres (des références pointues de la littérature ou des sciences sont traitées de manière légère et humoristique) et surtout la légende qui accompagne l’image – marque de fabrique de Joachim Mogarra – qui apporte le décalage et la fantaisie à l’œuvre.

Le Transsibérien à Leningrad présenté au public à la bibliothèque de la Part-Dieu (qui poursuit là son remarquable travail de médiation autour des trésors qu’elle possède) ne déroge pas à la règle. Extrait de la série “Images du monde”, le Transsibérien de l’artiste brille par sa poésie et son économie de moyens pour figurer le voyage dans la poudreuse.

Avec Joachim Mogarra, la bibliothèque propose une entrée particulièrement ludique dans une des facettes les plus décomplexées et drôles de l’art contemporain.

Une œuvre/30 minutes – Joachim Mogarra, Le Transsibérien à Leningrad. Vendredi 25 (à 12h30) et samedi 26 avril (14h), à la bibliothèque de la Part-Dieu (silo de conservation), 30 bd Vivier-Merle, Lyon 3e.
Inscriptions en ligne ici.

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut