Alexander Vantournhout 3
© M. Szypura Haytham

Lyon : un week-end pour partir en vrille !

Les Subsistances nous proposent cette semaine un de ces week-ends artistiques dont ils détiennent le secret. Le titre est clair : “Avril en vrille”…

Miguel Gutierrez et Mickey Mahar dans “Age & Beauty Part. 1” © Ian Douglas

© Ian Douglas
Miguel Gutierrez et Mickey Mahar dans “Age & Beauty Part. 1”

À l’heure où diverses et (a)variées facéties menées par Donald Trump nous parviennent quotidiennement des États-Unis, on ne boudera pas notre plaisir de voir les artistes américains programmés par les Subsistances dans le cadre du week-end artistique “Avril en vrille”. Ils donneront à coup sûr une autre image de ce qu’il se passe outre-Atlantique. Ne serait-ce que parce que la sélection a été réalisée par Ben Pryor, l’homme aux manettes de l’American Realness Festival, manifestation conçue pour rendre visible l’Amérique des lisières, des minorités qu’elles soient sexuelles, raciales ou mentales.

Ainsi Miguel Guttierez proposera-t-il Age & Beauty Part 1 – Suicide Note (photo ci-dessus), un duo “queer” avec le jeune danseur Mickey Mahar, radical et pop, qui se penche sur les transformations du corps, les rêves de gloire face au prosaïsme du quotidien.

Ventriloquists Convention, de Gisèle Vienne et Dennis Cooper / Yellow Towel, de Dana Michel © Falk Wenzel / Ian Douglas (montage LC)

© Falk Wenzel / Ian Douglas (montage LC)
Ventriloquists Convention (G. Vienne & D. Cooper) / Yellow Towel (Dana Michel).

Autre regard sur les États-Unis, Yellow Towel de Dana Michel, est inspiré par les stéréotypes de la culture afro-américaine. La chorégraphe nous invite à suivre les étranges métamorphoses d’une créature noire qui veut ressembler à une blondinette.

On suivra aussi avec curiosité The Ventriloquists Convention, un événement inspiré par une convention organisée chaque année dans le Kentucky, où se réunissent des ventriloques du monde entier. Gisèle Vienne, grande chorégraphe qui fait son retour aux Subsistances, et l’auteur américain Dennis Cooper interrogeront à leur manière, par la danse et la performance, ce qui anime ces artistes ventriloques, entre dissociation et jeux d’identité. Les obsessions de la chorégraphe seront portées là par les meilleurs marionnettistes d’Europe dont Kerstin Daley-Baradel, Uta Gebert, Jonathan Capdevielle et ceux du Puppentheater Halle en Allemagne.

Aneckxander, d’Alexander Vantournhout et Bauke Lievens © M. Szypura Haytham

© M. Szypura Haytham
Aneckxander, d’Alexander Vantournhout et Bauke Lievens.

Notre continent européen n’est pas oublié dans ce week-end aussi festif qu’artistique. On pourra également admirer les incroyables contorsions du danseur belge Alexander Vantournhout. Acrobate autant que danseur, son champ d’expérience est son corps : un drôle de corps dont les membres (surtout le cou) semblent disproportionnés.

Avril en vrille – Vendredi 1er, samedi 2 et dimanche 3 avril, aux Subsistances.
à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut