KIRIKOU FAIT VIBRER LES "PEOPLES" LYONNAIS

Henry Chabert, candidat à la mairie de Villeurbanne en a retrouvé "son regard d'enfance". Thierry Frémaux, directeur de l'Institut lumière et du festival de Cannes s'extasie. Avec eux, tous les peoples lyonnais étaient présents à la première de Kirikou et Karaba. Le spectacle, adapté du dessin animé de Michel Ocelot, a provoqué un concert de louanges et de dithyrambes. Comme dans le dénouement de Kirikou et Karaba, tous les anciens ennemis s'embrassaient et l'atmosphère était de miel. Pour une fois, le public était en phase avec ses édiles. Pourtant, comme une méchante sorcière, on ne peut s'empêcher de rouspéter. Malgré de jolies astuces scénographiques et des artistes enthousiastes et généreux, cette comédie musicale manque de génie. La musique, les rares chansons et la danse déçoivent. Reste un joli spectacle qui va enthousiasmer les enfants. Comme cette petite fille au premier rang qui s'esclaffait devant les éructations de la vilaine Karaba et qui, la pointant du doigt, lui cria : "Tu es vraiment méchante Karaba !". Michel Noir en était convaincu.
Guillaume Tanhia

Kirikou et Karaba, comédie musicale de Michel Ocelot, mise en scène de Wayne Mc Gregor. Jusqu'au 23 septembre à la Maison de la danse, 8 avenue Mermoz, Lyon 8. 04 72 78 18 00 ou www.maisondeladanse.com

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut