Journées du patrimoine 2019 : Lyon maraîchère et industrielle

Les Journées européennes du Patrimoine 2019 se tiennent ce 21 et 22 septembre. A cette occasion, certains hôtes ont accepté d’ouvrir leur porte en avant-première.

Ce weekend, à l’occasion des Journées du Patrimoine 2019, le Grand Lyon propose une réflexion sur le thème “Habiter la Métropole d’hier à demain”. La Métropole d’autrefois n'était pas comme celle qu’on lui connaît aujourd’hui. Elle était agricole, maraîchère, vigneronne. 

Ôde au Pierre-Bénite maraîcher d’antan

A Pierre-Bénite, c’est la Maison Relachon qui ouvre ses portes. Elle vous propose de retourner dans le temps, à la découverte de son passé maraîcher et viticole. Organisée par l’enseignante et journaliste Marie-Noëlle Gougeon, cette visite vous amène dans le temps où Pierre-Bénite était connu pour ses melons, sa batavia, ses vignes et le maraîchage. Dans la famille de Mme Gougeon depuis 1802, la villa a très peu changé malgré le défilé des générations. Autour de photos d’époque, des reliques issues du quotidien des maraîchers d’autrefois, l’organisatrice raconte la vie de ses ancêtres, avant l’industrialisation et l’urbanisation.   

Pour un aperçu de la Métropole d’autrefois, rendez-vous jusqu’au 22 septembre, au 122/124 rue des Martyrs de la Libération à Pierre Bénite.

La villa Berliet, ancien haut lieu de l’industrie automobile

Situé dans le quartier hospitalier de Montchat, entre les hôpitaux Edouard Herriot, Vinatier et Desgenette, un grillage vert foncé abrite une grande maison.  “Lors des Journées du patrimoine, on a beaucoup de visite des voisins, qui en passant devant se demande ce que c’est et ce qui a à l’intérieur”, raconte amusé Philippe Brossette, président de la Fondation Berliet. En effet, cette villa jure avec les bâtiments du quartier, plus modernes. Elle est l’héritage du patrimoine laissé par les industries automobiles de Marius Berliet.

Cette villa, c’est aussi l’histoire des poids-lourds. ”, relate M. Brossette. Marlius Berliet a fait son premier moteur en 1895 à partir d’une revue. Quelques temps plus tard, il vend ses premières automobiles, et devient un des pontes de l’industrie automobile lyonnaise. Les industries Berliet est l’un de gros producteurs de camions durant la Première Guerre mondiale.

Le constructeur avait fait établir cette villa à Montchat, afin de pouvoir aller et venir, aussi facilement à son usine de Monplaisir, qu’à celle de Vénissieux. Aujourd’hui, les usines ont fermé leur porte, mais le patrimoine et ce pan de l’histoire industrielle lyonnaise perdure au travers de cette bâtisse, qui accueille aujourd’hui la fondation Marlius Berliet. 

Une visite pour les amateurs d’Art Nouveau 

En plus d’une histoire de l’industrie automobile lyonnaise, la villa regorge de reliques architecturales. Ce bâtiment de style Art-Nouveau plaira aux amateurs du genre. Il a été décoré par l'architecte Paul Bruyas, passé sur les bancs des Beaux-Arts de Lyon. Les boiseries ont été faites par Louis Majorelle, les vitraux par Jacques Grüber. Les lustres ont quant eux, été réalisés par les frères Daum. 

La villa Berliet est située au 39 rue Esquirol, dans le 3e arrondissement. (Attention, à ne pas confondre avec l’adresse de Vénissieux, erreur de Google Maps.) Elle sera accessible le samedi 21 et dimanche 22 septembre de 10h à 18h. Il sera proposé une visite libre de la villa, une exposition sur les chantiers du monde et les véhicules de construction, une salle de cinéma présentant l’aventure Berliet. Dans le jardin, un véhicule d’époque, Berliet type GLR 10M3 de 1965, sera exposé. 

L'ensemble du programme des journées européennes du patrimoine est disponible en ligne ici.

à lire également
Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet
A quelques mois des élections, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, s'offre un coup politique et annonce vouloir résilier le contrat de concession de Rhônexpress, navette vers l'aéroport Lyon Saint-Exupéry.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut