Frédéric Mitterrand ministre de la Culture : "aura-t-il les moyens d'agir ?"

A l'issue du remaniement ministériel, Frédéric Mitterrand, directeur de la Villa Médicis depuis à peine un an, pourrait succéder à Christine Albanel au poste de ministre de la Culture. L'animateur télé et écrivain a grillé la politesse à l'Elysée, lâchant plusieurs déclarations à la presse depuis ce matin et organisant même dès lundi soir un pot de départ avec ses collaborateurs de l'Académie de France à Rome. "Au-delà de la personne, ce qui m'intéresse c'est de savoir s'il aura plus de latittude que Christine Albanel, qui n'en avait que très peu", a réagi Yvon Deschamps, vice-président PS délégué à la Culture, à la région Rhône-Alpes, interrogé par Lyon Capitale.

Inquiétudes sur les subventions culturelles

Pour Yvon Deschamps, l'un des enjeux se situe notamment dans la gestion décentralisée de la culture, le rapport de la commission Balladur sur la réforme des collectivités locales préconisant la disparition des compétences culturelles dans les régions. "On laisserait les créateurs de France dans un dramatique tête-à-tête avec la mairie ou l'intercommunalité du coin, alerte-t-il. Cela veut dire que toutes les compagnies, les théâtres, les événements que l'on aidait n'auront plus aucune subvention de la Région. Est-ce que le prochain ministre aura les moyens d'agir face à cela ? C'est la question qui se pose, au-delà de son nom." L'entrée d'un Mitterrand au sein du gouvernement Sarkozy pourrait en effet faire tiquer plus d'un socialiste. "Vous savez, il y a pas mal de Mitterrand dans l'annuaire, ironise à ce sujet Yvon Deschamps. François Mitterrand était un homme de culture. Son neveu Frédéric l'est aussi : il a quelques lettres de noblesse dans ce champ. D'ailleurs j'aimais beaucoup ses chroniques cinématographiques. Est-ce que cela sera suffisant pour faire de lui un bon ministre ? Je ne sais pas."

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut