Venenum entrée
© Stofleth

Lyon BD : Fabien Toulmé nous fait visiter l’expo Venenum

À l’occasion du festival annuel de BD lyonnais, Fabien Toulmé était ce jeudi au musée des Confluences, guide exceptionnel dans l’exposition dont il a produit le “catalogue”. En fait une BD, qui raconte l’histoire du poison et des histoires d’empoisonneurs. Immersion avec l’auteur dans les collections qui l’ont inspiré.

L’entrée de l’exposition Venenum – musée des Confluences, 2017 © Stofleth

© Stofleth
L’entrée de l’exposition Venenum, au musée des Confluences.

Au musée des Confluences, la lumière quasi éblouissante du cristal (le hall en verre) est très vite oubliée lorsque l’on pénètre dans les espaces d’exposition. À mesure que l’on avance, l’ambiance s’alourdit, et l’on entend les murmures de prévention retentir jusqu’à nos oreilles : “Venenum”. Les murs semblent happer le moindre éclat : du vert sapin, du noir et des lumière très tamisées qui rendent la visite un peu mystérieuse. Et, comme un mystère dans un mystère, l’histoire des poisons se déroule au fil de la déambulation. Les poisons dans l’histoire, les grands empoisonneurs, les poisons dans la nature…

BD de musée, mais BD de chevet

Cette visite guidée, c’est Fabien Toulmé, l’auteur de bande dessinée (Ce n’est pas toi que j’attendais, Les Deux Vies de Baudoin), qui devait s’y coller, mais son train est en retard. La découverte de “Venenum” débute de manière très scolaire : présentation des œuvres, des objets et des personnages qui y figurent. L’exposition, donc, mais aussi la BD de Fabien Toulmé Venenum – La grande histoire du poison. “En fait, la BD est le catalogue de l’exposition. On a choisi ce support, explique la chargée de com du musée, parce qu’il est novateur et qu’il s’adresse à un autre public. Et puis ça permet d’apporter un peu d’humour là où, en tant que musée, on doit se contenter d’être sobre et efficace.”

Fabien Toulmé, à Lyon, le 8 juin 2017 © Tim Douet

© Tim Douet
Fabien Toulmé.

Nous sommes au premier tiers de la visite quand Fabien Toulmé apparaît au détour d’une cloison. Tous les regards se tournent vers lui. Et il prend la tête de la visite. Il raconte un tableau, qu’il évoque dans la BD, mais qu’il traite différemment. Car si la bande dessinée est fidèle à l’exposition, elle lui est aussi complémentaire. “Je voulais que ce soit aussi un vrai livre, qu’on peut lire indépendamment de l’exposition”, confie-t-il.

En immersion

Quelques-uns des objets présentés dans l’expo Venenum © Mathias Benguigui et C. Letertre / Musée des Confluences

© Mathias Benguigui et C. Letertre / Musée des Confluences
Quelques-uns des objets présentés dans l’expo Venenum.

Pour faire la BD, Fabien Toulmé a eu accès à un catalogue d’objets, c’est-à-dire qu’il avait entre les mains une centaine de pages sur lesquelles figuraient des photos de tous les objets et œuvres que le musée voulait présenter dans l’exposition (de sa propre collection ou conservés dans d’autres musées). Mais qu’il n’a pas forcément obtenu, en raison de la fragilité de certains tableaux par exemple. Outre ce catalogue photographique, l’auteur de BD s’est appuyé sur les travaux de cinq scientifiques qui ont, dans des spécialités différentes, travaillé sur le poison. “Grâce à mon bagage scientifique [Fabien Toulmé a été ingénieur en génie civil, NdlR], j’ai pu comprendre en gros, mais le poison dans son ensemble, c’était nouveau pour moi. Et aujourd’hui, sans problème, je peux donner la différence entre “vénéneux” et “venimeux” !”

Les “histoires dingues” des empoisonneurs

Couverture de la BD de Fabien Toulmé Venenum, “catalogue” de l’exposition du musée des Confluences

L’auteur comme l’équipe chargée de l’exposition au musée ont eu peu de temps pour tout préparer. Il a fallu travailler rapidement. Et c’est aussi rapidement que l’auteur a dû faire des choix. Dans la multitude de documents à sa disposition, il a dû sélectionner ce qui serait le plus pertinent dans la BD, mais aussi le plus drôle : “Les empoisonneurs, par exemple, ils ont des histoires complètement dingues, j’ai adoré cette partie-là. Et puis les animaux, les rites vaudous… Enfin, il y a plein d’histoires dingues, que j’ai adoré raconter !” Une expérience que Fabien Toulmé est prêt à renouveler si le musée fait de nouveau appel à lui.

Venenum – Exposition jusqu’au 7 janvier 2018 au musée des Confluences
Venenum – La grande histoire du poison, la BD de Fabien Toulmé, est en vente à la boutique du musée.

à lire également
street art lyon
Lyon Capitale a sélectionné pour vous quelques expositions à aller voir à Lyon à la rentrée. Des jeux de société de nos ancêtres à la lumière, en passant par le street art beaujolais, il y en a pour tous les goûts.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut