Carmen sort de l’opéra

Une bohémienne se joue de l’amour et d’un bidasse transi en une espagnolade virtuose et truculente : le tube de Bizet est de retour. À l’opéra de Lyon, mais aussi dans 14 villes de Rhône-Alpes en retransmission gratuite samedi 7 juillet. Olé !

Exotisme

De l’évasion en veux-tu en voilà – Séville, l’Andalousie et ses corridas… –, de l’érotisme à tout-va, des corps hâlés s’abandonnant à l’amour passionné, de l’humour, des rebondissements, un romantisme exalté, une fin tragique, un réalisme cru mettant en scène des petites gens, des airs de bravoure à entonner sous la douche : une recette miracle qui fait mouche et passionne depuis sa création en 1875. Carmen est l’un des opéras sinon l’opéra le(s) plus joué(s) de par le monde. Ce petit bijou d’efficacité, doublé d’une ode à la liberté, est inspiré d’une nouvelle de Prosper Mérimée.

Amour

L’action prend place au début du XIXe siècle à Séville, capitale andalouse du flamenco et de la tauromachie, et haut lieu de fantasme dans la littérature des siècles derniers. Bohémienne et ouvrière cigarière, belle certainement, convoitée en tout cas, la vie de Carmen est vouée à l’amour, un amour passionné mais capricieux, sans modération ni exclusivité. Don José en subira les frais, lui qui aime, qui n’aime qu’elle… Simple soldat formé au conformisme et promis au mariage avec Micaëla, Don José succombe et tombe dans le piège de l’amour… Amour auquel Carmen ne peut répondre que par une réciprocité sincère mais lunatique : aimer certes, mais libre aussi d’aimer qui elle veut quand elle veut. Don José en perdra la tête, et Carmen en mourra.

Thèmes immortels

L’une des forces de Carmen, c’est sans aucun doute ses thèmes et ses airs de bravoure à la fois virtuoses et suffisamment simples pour être mémorisés par le quidam, qui les fredonnera aisément, sous la douche ou devant son poste de radio, les rendant ainsi immortels et indélébiles. Bizet pavane, fier de ses “singles” évidents : L’amour est un oiseau rebelle, Toreador en garde, Près des remparts de Séville et tant d’autres…

Avec une partition expressive, élégante et colorée, des mélodies plaisantes (souvent joyeuses) et une orchestration efficace et souvent raffinée, le compositeur touché par la grâce signe ici son chef-d’œuvre et l’un des plus grands succès de tous les temps.

Opéra pour tous

Cette nouvelle production de l’Opéra de Lyon – avec Stefano Montanari à la direction musicale et Olivier Py à la mise en scène – est offerte à tous gracieusement, le 7 juillet, en retransmission sur grand écran.

----------------

Carmen. Jusqu’au 11 juillet, à l’Opéra de Lyon.

Carmen sur grand écran, samedi 7 juillet, à 21h30, place des Terreaux à Lyon, et à Ambérieu, Bellegarde, Chamonix, Crest, Divonne, Grenoble, La Léchère, Montélimar, Nantua, Tarare, Thonon, Villefranche et Usson. Détail des lieux sur le site de l’Opéra.

à lire également
Daniele Rustioni dirigeant l’orchestre de l’Opéra de Lyon © Blandine Soulage
Deux productions de l’Opéra sont présentées ce mois-ci à Lyon, l’une à domicile, l’autre à l’Auditorium. Comédie exotisante (Ravel) versus parabole patriotique (Verdi) : deux salles, deux ambiances…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut