26ème Festival de la Musique Baroque de Lyon

Eric Desnoues, le créateur et directeur artistique du festival promet une 26ème édition riche en "échanges, coups de cœur et rencontres".

Place à Bach

Si Jean-Sébastien Bach est à l'honneur de cette 26ème édition, il n'est pas pour autant question "d'enfermer la programmation avec un titre générique dédié à un seul compositeur". Eric Desnoues ne veut pas d'un festival qui ne s'adresserait qu'à quelques fins connaisseurs. "Il y a longtemps que nous n'avions pas donné les grandes œuvres de Jean-Sébastien Bach", confie t-il, cela a donc naturellement déterminé son choix.
La grandiose messe en si mineur ouvre le festival avec l'ensemble vocal et instrumental de Lausanne, dirigé par Michel Corboz. "Présent depuis les débuts du festival, c'est un chef rare, il traverse les modes et les époques", indique Desnoues. La fratrie Hantaï, bénie par la Muse Euterpe, s'emparera quant à elle des sonates en trio de Marais, Leclair, Rameau et Bach ; "les trois frères sont très doués, Pierre Hantaï est une référence au clavecin". Pour la première fois au festival seront présents Françoise Lasserre et son chœur et orchestre Akadêmia. Ces artistes spécialistes jusqu'alors du répertoire baroque allemand du XVIIème siècle abordent désormais Bach, et présentent une véritable expertise du siècle précédent.

Des créateurs en scène

Le festival reçoit chaque année des solistes d'exception. Le contre ténor Philippe Jaroussky, "phénomène vocal", et le chef Jean-Christophe Spinosi à la tête de l'ensemble Matheus plongent dans l'œuvre de Vivaldi pour un concert qu'Eric Desnoues pressent riche "en sensations fortes". Le violoniste Giuliano Carmignola, très grand virtuose de la musique baroque, s'attaquera pour sa part aux redoutables (et redoutés des plus grands musiciens) concertos du compositeur lyonnais Jean-Marie Leclair. Au XVIIème siècle, Leclair mêle dans ses partitions les influences françaises, italiennes et allemandes, les rendant très difficiles à interpréter, car pleines de nuances. Le mythe rapporte que "Leclair jouait comme un ange", une réputation à laquelle tentera de répondre Giuliano Carmignola.

Que la lumière soit. Et la lumière fut...

Eric Desnoues veille à "ce que les lieux soient en adéquation avec les œuvres interprétées". La Primatiale Saint-Jean, la Salle Molière et surtout la Chapelle de la Trinité restituent un son qui coïncide avec l'époque Baroque. Désormais ce sont une douzaine de lustres baroques qui éclairent la Chapelle, grâce à une récente opération de mécénat privé. Eric Desnoues se félicite aujourd'hui "de la beauté que les lustres confèrent au lieu, le public va découvrir une nouvelle atmosphère dans la chapelle..." Baroque jusqu'au bout, le festival ne transige pas sur la qualité.

Audrey Hadorn

26ème festival de Musique Baroque de Lyon. Du 23 novembre au 20 décembre 2008 à la Chapelle de la Trinité, la salle Molière et la Primatiale Saint-Jean, Lyon 2e et Lyon 5e. 04 78 28 09 09. www.lachapelle-lyon.org

Faire défiler vers le haut