L’aéroport de Lyon Saint-Exupéry © Tim Douet

Vinci promet zéro émission nette de carbone pour l'aéroport de Lyon dès 2026

Exploitant de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry, Vinci Aiports promet d'atteindre "zéro émission nette" de carbone en 2026. Toutefois, cet engagement ne couvre pas la pollution de CO2 générée par les avions.

Vinci Aiports fait un pas vers l'écologie. Exploitant de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry, la firme promet que le site fonctionnera sans émission nette de carburant en 2026. Elle assure qu'il s'agira d'une première en France.

L'objectif est ainsi d'atteindre le "minimum incompressible" de 400 tonnes de CO2 générées dans cinq ans. Ce montant sera compensé par la plantation annuelle d'environ 4 hectares de forêts à proximité de l'aéroport, ceci afin d'absorber les émissions résiduelles.

Une centrale photovoltaïque va être construite

Cette réduction sera rendue possible par l'utilisation de biogaz pour chauffer les terminaux, l'installation d'une centrale biomasse pour la chaufferie du fret, une rénovation énergétique des bâtiments et l'utilisation de véhicules électriques ou hydrogènes. 14 hectares de parkings d'ombrières photovoltaïques vont également être ouvert par Vinci. Cette future centrale, d'une capacité maximale de 13 mégawatts, permettra de couvrir les besoins du site en électricité, en laissant un surplus vendu à des tiers. Sa construction est espérée en 2023/24.

La multinationale espère hisser tous ses aéroports français au niveau de celui de Lyon en 2030. A noter tout de même que cet engagement ne tient que pour la part qui revient à l'exploitant et ne concerne donc pas la pollution carbone produite par les avions. Les compagnies aériennes pourront tout de même participer au programme de plantation d'arbres.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut