Jean-Paul Bret et Cédric Van Styvendael.
Jean-Paul Bret et Cédric Van Styvendael.

Villeurbanne : le maire juge " honteux " le bonus de 47 millions de dollars du PDG de General Electric

Via un communiqué co-signé en compagnie du sénateur Gilbert-Luc Devinaz, Cédric Van Styvendael, le maire de Villeurbanne, a fustigé le montant du bonus perçu par le patron de General Electric alors que l'entreprise souhaite supprimer plusieurs emplois dans sa ville.

" Détruire des emplois en dépit de toute logique industrielle et économique dans le seul objectif de satisfaire les intérêts à court terme des actionnaires est une aberration " a déclaré Cédric Van Styvendael, ce mardi, via un message posté sur son compte Twitter.

Le maire de Villeurbanne fustige la façon de faire de l'entreprise américaine, qui va offrir un bonus de 47 millions de dollars à Larry Culp, son PDG, alors même qu'elle mène une politique de suppression d'emplois dans certaines de ses filiales, et notamment à Grid, son site situé à... Villeurbanne.

" Une forme d'insulte aux salariés "

Au travers d'un communiqué co-signé avec le sénateur Gilbert-Luc Devinaz, Cédric Van Styvendael dénonce la stratégie de General Electric : « En ce début d'année, c'est une forme d'insulte aux salariés qui se battent pour sauvegarder leur emploi en même temps qu'un savoir-faire unique et d'avenir  », écrit-il.

Une indignation partagée par Serge Paolozzi, délégué CGT du personnel du site Grid, qui s'est exprimé via Twitter : « Une honte quand on nous rabâche qu'il faut licencier des milliers de salariés et délocaliser des activités stratégiques pour retrouver une situation financière saine.  »

2 milliards d'économies, 13 000 emplois à supprimer, 47 millions de bonus

General Electric a annoncé au printemps dernier vouloir réaliser un plan d'économies à hauteur de 2 milliards de dollars. Pour ce faire, la firme a décidé de supprimer près de 13.000 postes au sein de ses entreprises. En France, plusieurs sites sont concernés, dont ceux de Villeurbanne et Saint-Priest.

Le 18 décembre, après un mois de contestations et une grève de la faim entamée par plusieurs employés du site de Villeurbanne, un accord avec la direction avait été trouvé afin de sauver une partie des emplois. Les salariés grévistes vont se partager une cagnotte de soutien ouverte sur internet. Le montant ? 16 715 euros.

1 commentaire
  1. JANUS - mer 6 Jan 21 à 2 h 54

    Les élus socialo-écolo-communistes se rendent compte que le secteur privé se passe de leur acrimonie !

    Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut