Vague d'attentats meurtriers à Paris : au moins 128 morts

De nouveaux attentats viennent de toucher Paris ce vendredi 13 novembre. Il y aurait au moins 128 morts, 99 personnes dans un état d'"urgence absolue" et 155 personnes dans un état d' "urgence relative". L'état d'urgence a été décrété.

Plusieurs fusillades ont éclaté ce vendredi soir dans les Xe et XIe arrondissements de Paris. Il y aurait au moins 128 morts, 99 personnes dans un état d'"urgence absolue" et 155 personnes dans un état d' "urgence relative". Huit terroristes ont été neutralisés ou se sont donné la mort. La première fusillade a eu lieu vers 21h20 près du bar le Carillon, à l'angle de la rue Alibert, dans le Xe arrondissement. La deuxième a pris pour cible le restaurant "Le Petit Cambodge" dans le même secteur. Une autre fusillade a eu lieu rue Charonne. En tout il y aurait eu 7 fusillades dans la ville. La prise d'otages dans la salle de spectacle "Le Bataclan" serait terminée. Elle aurait fait 80 morts, selon l'AFP. Trois ou quatre terroristes (les sources divergent) auraient été tués pendant l'assaut.

Dans le même temps, trois explosions ont eu lieu hier à 21h17, à 21h19 et la mi-temps autour du Stade de France, en marge du match France-Allemagne. Il s'agirait d'attentats suicides pour les deux premières détonations. Mis au courant, François Hollande a été exfiltré pendant le match. Il s'est ensuite rendu place Beauveau pour une réunion de crise avec Manuel Valls et Bernard Cazeneuve et a déclenché le plan multi-attentat niveau "rouge alpha"/

Cet attentat kamikaze serait une première sur le sol français. Les précédents avaient été provoqués par des bombes ou des tireurs que ce soit en 1982 rue des Rosiers, 1986 rue de Rennes, 1995 station Saint-Michel, 1996 station Port-Royal ou le 11 janvier dernier.

François Hollande très ému a entamé son allocution par "c'est une horreur" et a annoncé avoir "décrété l'état d'urgence sur tout le territoire et la fermeture des frontières". 1500 militaires supplémentaires ont été mobilisés à annoncé l'Elysée. Depuis le Bataclan ou il s'est rendu sur place, il a déclaré aux terroristes : "Nous allons mener le combat, il sera impitoyable".

à lire également
À l'instar de New York, Milan ou Sydney, Paris s'est déclaré en "état d'urgence climatique". Pour Gérard Collomb à la ville de Lyon, comme David Kimelfeld à la métropole, une telle volonté aurait dû mal à être défendue avec conviction sans accusation de récupération verte. Pour l'instant, les deux élus sont pour la construction de la future autoroute urbaine de l'Anneau des sciences et leurs dernières actions climatiques manquent d'ambition.
1 commentaire
  1. Jean Jaurès - 14 novembre 2015

    Communautaristes de tous les partis, de l'extrême gauche à l'extrême droite, en passant par l'UMP-UDI-PS! Vous êtes tous responsables! Vive la République laïque, démocratique et sociale!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut