salle d'angiographie Centre Léon Bérard
ML Luca

Un bloc opératoire unique en Rhône-Alpes

Ce mardi 9 décembre, le centre Léon-Bérard (centre de lutte contre le cancer à Lyon et en Rhône-Alpes) inaugurait son plateau de radiologie interventionnelle. En plus d’un scanner dédié au traitement du cancer, en fonctionnement depuis 2009, le centre s’est doté d’une salle d’angiographie qui complète le dispositif et en fait le seul centre en Rhône-Alpes à disposer de ces deux équipements dans le même espace.

salle d'angiographie Centre Léon Bérard

ML Luca

La radiologie interventionnelle s’inscrit dans une démarche de “diversification des stratégies pour le patient” selon le professeur Jean-Yves Blay, directeur général du centre Léon-Bérard. Ces appareils permettent également de réaliser des gestes "mini-invasifs" parfois sous anesthésie locale, ce qui est un gage de confort pour le patient et d'économies pour le centre en frais d’hospitalisation.

Pour le docteur Philippe Thiesse, chef du département de radiologie, c’est "une vraie révolution de pouvoir installer un scanner et un bloc opératoire sur le même plateau". C’est ce qui permet d’améliorer la prise en charge des malades et de leur apporter la meilleure technologie possible adaptée à leur profil.

Pour prendre un exemple, la biopsie, qui est un acte médical très fréquent (1 300 sont réalisées chaque année), est optimisée grâce au guidage radiologique, qui est plus précis et qui évite une intervention chirurgicale plus lourde pour le patient.

Aller au cœur de la tumeur

La salle d’angiographie est spécialement dédiée aux actes thérapeutiques. L’appareil permet d’être extrêmement précis, en insérant une aiguille contenant le traitement à l’intérieur de la tumeur, et ainsi de "ne pas endommager les organes autour", nous explique le docteur Philippe Thiesse. La technique par les micro-ondes (par la chaleur) est plus efficace que la radiofréquence car elle est plus puissante. Grâce à ces machines, tout type de tumeur peut être traité et à tout âge. Le patient du jour bénéficie du traitement par les micro-ondes pour détruire la tumeur qu’il a au foie. Sur l’écran principal, la modélisation en 3D de ses organes sert en quelque sorte de feuille de route pour le radiologue interventionnel, lui permettant de trouver la tumeur et d’insérer au bon endroit l’aiguille miniaturisée contenant le traitement.

salle scanner intégré

ML Luca

Un parcours de soins personnalisé

Le docteur Anne-Charlotte Kalendérian, radiologue interventionnel, nous expose ensuite le protocole de soins spécifique au centre Léon-Bérard. Dès la première consultation et les premiers examens, un collège "formé d’oncologues, d’anesthésistes, de radiologues et de secrétaires médicales se réunit à chaque fin et début de semaine pour faire le point sur les différents dossiers". L’équipe valide le protocole de soins mis en place collectivement par les spécialistes en charge de chaque patient. "Les clichés des examens sont revérifiés une deuxième fois avant le début des soins".

Dans le service de radiologie interventionnelle, 17 lits sont disponibles, la durée d’hospitalisation pouvant aller de 24 à 48h. Mais souvent il n’y a pas d’hospitalisation, quand la prise en charge en ambulatoire est possible (le patient peut alors rentrer chez lui 2h environ après le traitement). Trois semaines à un mois après l’intervention, le patient revient pour un contrôle.

"Notre politique, c’est de proposer une prise en charge personnalisée pour chaque patient, adaptée à son type de cancer." Pour le directeur, Jean-Yves Blay, il est "stratégique d'utiliser les outils du futur et nous ne pouvons pas faire l'économie de ce genre d'équipement".

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut