Camion Poubelle © Tim Douet

Tri sélectif à Lyon : un déchet sur trois n'est pas recyclé

Aujourd’hui, plus de 150 millions de tonnes de plastique flottent dans la mer et ont donné naissance au "septième continent". Recycler ses déchets est donc devenu une nécessité. Même si ce processus est respecté par de nombreuses personnes, peu d’entre elles connaissent son fonctionnement.

Aujourd’hui encore, les Français sont peu à s’intéresser au fonctionnement et au cheminement du tri sélectif, ce long et méticuleux processus qui commence chez vous, dans votre poubelle. Au moment de la mise en place du tri, plusieurs catégories de déchets ont été créées pour faciliter sa mise en place : les déchets ménagers, les déchets recyclables et le verre. Les déchets ménagers sont les premiers concernés puisque c’est dans le sac poubelle de la cuisine qu’il faut les jeter. Ce sont les ordures ménagères, la vaisselle en verre ou la porcelaine qui doivent y être déposées. Mais une fois la poubelle est remplie, le sac poubelle devra être fermé pour le jeter dans la poubelle grise.

De son côté, le tri des déchets recyclables est plus encadré. À la différence des déchets ménagers, ce tri-là ne nécessite pas l’usage d’un sac. Les ordures doivent être jetées « en vrac » dans le bac de tri de couleur jaune : bouteilles et flacons en plastique, les papiers comme les prospectus et les journaux, le métal comme les canettes et les cartons comme les emballages et les briques alimentaires sont les déchets tolérés. Cependant, de nombreuses personnes se trompent encore en y jetant certaines choses comme les emballages en plastique des boites d’œufs, les barquettes alimentaires, les pots de yaourt et de crèmes fraiches, les emballages de pack d’eau et les sacs plastiques. Pour la poubelle à verre, les confusions sont, elles aussi, encore nombreuses puisque des ampoules, des plats, des débris de vaisselle et des verres terminent régulièrement leur chemin dans les poubelles à verre des communes. Seuls les bocaux, les pots et les bouteilles en verre sont acceptés.

Des parcours et des réutilisations différentes pour nos déchets

Une fois que tous les déchets se retrouvent dans leur poubelle respective, le long parcours du tri peut enfin débuter. C’est la collecte des déchets qui ouvre la marche entre 6h et 13h30 mais elle varie d’une commune ou d’un arrondissement à l’autre. "Les circuits sont calculés sur la typologie d’habitat, la production de déchets et la densité urbaine. Les collectes n’ont donc pas le même rythme ni la même longueur", explique la Métropole. Une fois la collecte terminée, les déchets sont transportés dans les centres de tri de Rillieux-la-Pape et Saint-Fons où ils sont dissociés selon des critères spéciaux, notamment en fonction de leur composition plastique. Mais encore une fois, de nombreux déchets sont refusés à l’entrée, car mal triés en amont. "Aujourd’hui, le taux de refus est de 35 % tous déchets confondus", constate la Métropole. Ce pourcentage, tout de même conséquent, s’explique par le fait que la composition plastique est parfois trop complexe, ou que le déchet en lui-même est tout simplement trop léger. Pour les 65 % de déchets recyclés, ils sont compactés pour être acheminés vers un centre particulier. Là-bas, les bouteilles de plastique transparentes et opaques seront broyées et nettoyées pour terminer en "paillettes". Elles seront ensuite réutilisées dans le processus de production. Bouteilles, stylos, mobilier plastique, rembourrage de couette, etc. Plus étonnant encore. "Avec 12 bouteilles recyclées, on peut fabriquer un t-shirt". Pour autant, les déchets ne sont pas éternellement réutilisables et finissent par être brûlés dans un centre d'incinération. C’est le cas de tous les autres déchets qui ne sont pas recyclables, quand leur composition ne le permet pas. Mais aujourd’hui, de nombreuses initiatives citoyennes fleurissent pour remédier à cela et atteindre la capacité de 100 % de déchets recyclables.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut