Air Algérie logo

Toujours aucune piste pour expliquer le crash d'Air Algérie

Près de deux mois après le crash, le bureau d'enquêtes et d'investigations n'a toujours pas déterminé les raisons du crash du vol Ouagadougou-Alger le 24 juillet dernier.

"Il n'y a toujours pas de piste privilégiée" a reconnu samedi le Bureau d'enquêtes et d'analyses français (BEA) en remettant son premier rapport, près de deux mois après le crash du vol AH5017. Rien ne peut "confirmer ou infirmer une piste terroriste" a expliqué le rapporteur du BEA, pour qui il faudra "plusieurs mois" avant de déterminer pourquoi l'avion, un McDonnell Douglas MD-83, qui devait relier Ouagadougou à Alger, s'est écrasé au Mali une demi heure après son décollage avec 116 passagers et membres d'équipage à son bord, dont 54 Français.

à lire également
Vendredi 14 août, 200 personnes se sont retrouvées devant la salle de prière Essalem, dans le 2e arrondissement de Lyon, incendiée dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 août. Élus et représentants d’autres religions sont venus apporter leur soutien à la communauté musulmane et condamner l’acte criminel.
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut