Test concluant pour la police montée à Lyon

Les policiers à cheval font un effet bœuf sur l'adjoint à la sécurité de la ville et devraient s'inscrire durablement dans le paysage lyonnais.

Du mois d'avril au mois d'octobre dernier, la Ville de Lyon s'équipait d'une brigade équestre. Six policiers se relayaient ainsi sur le dos des deux chevaux qu'avaient loué la ville pour assurer la sécurité sur les Berges du Rhône ou dans les parcs. Convaincu par leur efficacité, notamment en terme de dissuasion, l'adjoint à la sécurité Jean-Yves Sécheresse a annoncé persévérer dans cette initiative. Ainsi, la Ville de Lyon devrait très prochainement acheter trois chevaux pour un coût de 10 000 euros, mais également se munir d'un van pour que le rayon d'intervention de la police montée soit étendu.

Animaux versus technos

Si aucun chiffre ne permet d'établir un bilan précis du test, c'est bien l'image et le "rapport avec le public" qui ont conquit l'adjoint à la sécurité, bien plus attiré par ce type de mesure que par l'utilisation de nouvelles technologies comme les Go Pro ou les drones. "J'ai tendance à confier les Lyonnais à des hommes plutôt qu'a des machines" précise-t-il au Progrès. Les policiers à cheval, ainsi que ceux qui circulent à VTT, participeraient à réduire le nombre de vols de vélo autour du musée de la Confluence. Les chevaux que le ville prévoit d'acheter sont aujourd'hui en formation pour s'habituer aux bruits de la ville et commenceront leur service dès cet été.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut