Souffrance au travail : détectez votre niveau de stress

Pourtant il se mesure biologiquement. Un épidémiologiste américain l'a mis en évidence. C'est le modèle de Karasek. Il pointe trois facteurs déclenchant : une forte exigence du travail, une faible autonomie et une absence de soutien social. (Article paru dans le numéro d'avril de Lyon Capitale)

Niveau 1 : Alarme
Réaction intense de courte durée
Effets biologiques : Dès la confrontation à une situation évaluée comme stressante, des hormones sont libérées par l'organisme via une glande située au-dessus des reins. Ces hormones ont pour effet d'augmenter la fréquence cardiaque, la tension artérielle, les niveaux de vigilance, la température corporelle et de provoquer une vasodilatation des vaisseaux des muscles. Toutes ces modifications ont pour but d'amener l'oxygène aux muscles et au cœur, et ainsi de préparer l'organisme à réagir.

Niveau 2 : Résistance
Adaptation physiologique, contrôle de ses émotions
Effets biologiques : Après l'alarme, un second axe neurohormonal est activé, préparant l'organisme aux dépenses énergétiques que nécessitera la réponse au stress. De nouvelles hormones sont sécrétées : elles augmentent le taux de sucre dans le sang pour apporter l'énergie nécessaire aux muscles, au cœur et au cerveau. Ces hormones ont la particularité de pouvoir freiner leur propre sécrétion. La quantité d'hormones libérées dans le sang est détectée par des récepteurs du système nerveux central qui la régulent.

Niveau 3 : Épuisement
Indifférence, dépression, maladies psychosomatiques (maladies organiques dont l'origine est psychologique)
Effets biologiques : Si la situation stressante se prolonge encore ou s'intensifie, les capacités de l'organisme peuvent être débordées : c'est l'état de stress chronique. Pour faire face à la situation, l'organisme produit toujours plus d'hormones. Le système de régulation évoqué précédemment devient inefficient. L'organisme, submergé d'hormones, est en permanence activé. Il s'épuise.

Les principaux symptômes dus à un état de stress chronique
Symptômes physiques : douleurs (coliques, maux de tête, douleurs musculaires, articulaires, etc.), troubles du sommeil, de l'appétit et de la digestion, sueurs inhabituelles...
Symptômes émotionnels : sensibilité et nervosité accrues, crises de larmes ou de nerfs, angoisse, excitation, tristesse...
Symptômes intellectuels : difficultés de concentration, erreurs, oublis, difficultés à prendre des initiatives...
Symptômes comportementaux : modification des conduites alimentaires, comportements violents et agressifs, isolement social (repli sur soi, difficultés à coopérer), consommation de produits calmants ou excitants (café, tabac, alcool, somnifères, anxiolytiques...)...

Quand le travail fait souffrir

Caisse d'Epargne : l'écureuil épargne des antidépresseurs

Souffrance au travail : détectez votre niveau de stress

Stress : les nouvelles pathologies

Toujours plus de souffrance au travail

Stress : ces travailleurs qui craquent

Stress au travail : à Lyon, une permanence pour ceux qui souffrent

Mal-être à la Ville de Lyon

Consultant ès stress

Dopage de masse

Jean Furtos : 'Cadres et SDF sont atteints de la même pathologie'

Dépression : les cliniques accueillent à bras ouverts

à lire également
médecins
Le 7e étude “Santé et bien-être au travail” de Malakoff Médéric note une amélioration chez les salariés de la région, mais pointe des facteurs de stress.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut