Emmanuel Macron © Tim Douet

Sondage – Gilets jaunes : Macron perd six points en un mois

Dans ce tableau de bord politique Ifop/Fiducial de décembre 2018, l'approbation de l'action politique menée par Emmanuel Macron et Édouard Philippe subit de plein fouet le mouvement des Gilets jaunes.

Dans le tableau de bord politique Ifop/Fiducial de décembre 2018* réalisé pour Sud Radio et Paris Match, Emmanuel Macron perd six points d'approbation de son action et tombe à 23 %. En tout, 76 % des sondés disent ne pas approuver cette action, dont 50 % disent qu'ils ne l'approuvent “pas du tout”  (+12 points par rapport au mois précédent). Cette défiance atteint un niveau historique dans le quinquennat du président de la République, sa dégringolade dans ce tableau de bord ayant vraiment débuté avant l'été au moment de l'affaire Benalla.

Clivage social plutôt que territorial

En terme de territoire, l'opposition ville/campagne n'est pas si évidente que ça puisque 22 % des sondés vivants dans une commune rurale approuvent l'action d'Emmanuel Macron contre 24 % dans les communes urbaines de province et dans l'agglomération parisienne. Selon le sondage, c'est surtout dans le niveau d'éducation et la profession des sondés que réside une véritable différence dans l'approbation de la politique du président de la République, même si dans toutes les catégories socioprofessionnelles cette approbation est en chute libre.

En effet quand seulement 12 % des ouvriers, 17 % des inactifs, 19 % des employés et 18 % des artisans et commerçants approuvent cette action, 32 % des retraités et 28 % des profession libérale et cadre supérieur y sont favorables. Si l'on regarde cette approbation selon le niveau d'étude, la différence est la même. Seulement 11 % des sans diplômes sont favorable à l'action du président de la République, 20 % des personnes en CEP/BEPC/CAP/BEP et 21 % des titulaires d'un Baccalauréat. À l'inverse, 30 % des niveau Bac + 2 et 37 % des diplômés du supérieur sont toujours satisfaits de cette action.

Édouard Philippe dégringole aussi

Pour 55 % des sondés, Emmanuel Macron ne défend pas bien les intérêts de la France à l'étranger. 66 % ne trouvent pas qu'il renouvelle la fonction présidentielle. 71 % estiment qu'il n'a pas une vision d'avenir pour la France. 76 % qu'il ne mène pas une bonne politique économique. Et enfin, 89 % ne le trouvent pas proche des préoccupations des Français. Des chiffres qui sont tous en net recul par rapport au mois précédent.

Parallèlement à la côte d'approbation d'Emmanuel Macron, celle d'Édouard Phillipe chute aussi lourdement avec 73 % de désapprobation (+9 %). Seulement 26 % des sondés approuvent l'action du Premier ministre (-10 %).

Qui incarne le mieux l’opposition ?

Selon les personnes interrogées, c'est la France insoumise qui incarne le mieux l'opposition à Emmanuel Macron avec 34 % de citations. Le parti de Jean-Luc Mélenchon arrive juste devant le Rassemblement national qui a reçu 33 % des citations, Les Républicains (20 %) et le Parti socialiste (10 %). Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, la France insoumise est toujours citée comme incarnant le mieux l'opposition. Cependant cette incarnation semble s'éroder depuis juillet contrairement à celle du Front national qui a bondi depuis la rentrée en passant de 24 % en octobre à 33 % aujourd'hui.

Les Gilets jaunes, principal sujet de conversation des Français

Questionnées sur leurs principaux sujets de conversation avec leurs proches, les personnes interrogées ont très largement mis en avant le mouvement des Gilets jaunes. 88 % des personnes placent ce sujet en premier. 78 % parlent des incidents survenus sur les Champs-Elysées le 24 novembre et 62 % de la conférence de presse d'Emmanuel Macron pour annoncer des mesures pour répondre à la contestation.

*L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage, niveau d’éducation) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 29 au 30 novembre 2018. 

à lire également
Toujours pas de deuxième vague, pour l'instant, à Lyon et dans la région. 13 nouvelles personnes sont entrées à l'hôpital des suites du coronavirus ces 24 dernières heures dans la région. Seulement 2 dans le Rhône. Il faut toutefois rester prudent.
Faire défiler vers le haut