Le VAE familial Yuba Boda Boda

Shopping à Lyon : notre sélection de vélos à assistance électrique

Depuis la fin du confinement, les vélos sont devenus des denrées rares et les ruptures de stock sont légion. L’aide à l’achat de 500 euros de la Métropole de Lyon a accentué un peu plus la demande et il faut parfois être très patient avant de pouvoir chevaucher son deux-roues. Lyon Capitale vous propose une sélection de vélos à assistance électrique qu’il est possible de trouver actuellement.

• Moustache Dimanche, 3 699 euros chez Vélonaute

• Du lundi au dimanche
Le Moustache Dimanche est un “gravel”, un vélo de course capable d’être autant à l’aise sur le bitume que les chemins de terre, le tout à assistance électrique. Compagnon de travail du lundi au vendredi pour les trajets en ville, il dévoilera tout son potentiel les week-ends pour des balades dans la nature sans (trop de) contraintes. Attention, il ne s’agit pas d’un VTT, il faudra rester sur les routes.


 

• Upstreet2 de Flyer, à partir de 3 799 euros

• Un vélo pliant pour gravir les collines
La référence anglaise des vélos pliants, Brompton, fait face à une rupture de stock suite à la forte augmentation de la demande. Cet intérêt pour des modèles pliants, meilleurs alliés de la multimodalité, entraîne l’arrivée de nouveaux produits à des tarifs bien plus élevés. Les Suisses de Flyer ont ainsi imaginé l’Upstreet2 en tentant de combiner le meilleur des deux mondes : VAE efficace même pour les montées à fort pourcentage et design compact qui peut prendre le métro ou le bus avec son propriétaire.


• Yuba Boda Boda, à partir de 3 400 euros

• Pour remplacer une voiture familiale
Les vélos cargos Yuba permettent d’envisager de laisser sa voiture à la maison, y compris pour les familles. Solide, modulaire et pensé pour pouvoir s’adapter aux besoins de chacun, le Boda Boda peut recevoir des sièges pour les enfants à l’arrière ou des caisses et sacs pour faire ses courses sans trop se demander si tout va pouvoir rentrer.


• CUBE Touring Hybrid 625, 2 899 euros chez Lepape

• Belles lignes
Pour ceux qui n’ont pas l’oeil averti, difficile de se rendre compte que ces belles lignes cachent un vélo à assistance électrique. Pourtant, le CUBE Touring Hybrid 625 est l’un des meilleurs représentants du genre, conçu aussi bien pour des déplacements en ville qu’à la campagne. Son profil hybride permet d’avoir un vélo pour tous les scénarios.
CUBE Touring Hybrid 625, 2 899 euros chez Lepape


• Decathlon Btwin Elops 920, 1 500 euros

• Le bon rapport qualité-prix
Combiné aux 500 euros d’aide de la Métropole de Lyon, ce Btwin Elops est un excellent rapport qualité prix qui conviendra à la plupart des besoins. Parfait pour la ville et particulièrement confortable, il offre ainsi une base pour débuter et pourra se revendre facilement afin de passer à un modèle plus cher si l’envie s’en fait ressentir.


• Riese & Müller Charger 3, à partir de 4 999 euros – Vendu chez Lepape

• Une grande puissance implique de grandes responsabilités
Si les VAE classiques voient leur assistance se couper à partir de 25 km/h, il existe une autre catégorie qui peut monter jusqu’à 45 km/h ; les speed bikes. Et bien que la promesse soit alléchante, il faut dans tous les cas pédaler, et surtout avoir une immatriculation, une assurance et un casque spécifique. De même, avec un speed bike, il est interdit d’emprunter les aménagements cyclables. Pour ceux qui sont prêts à accepter ces contraintes, le Riese & Müller Charger 3 est un bon choix. Néanmoins, il n’aura d’intérêt que sur les trajets de plus de 10 à 15 km. En dessous, un VAE classique sera bien plus adapté et ne fera pas perdre davantage de temps.
Riese & Müller Charger 3, à partir de 4 999 euros – Vendu chez Lepape


• MyVélo’v

• Il n’y a pas aussi bien pour moins cher
Comme en 2019, l’offre MyVélo’v est toujours la meilleure pour découvrir le monde du VAE et savoir si ce genre de modèle convient à vos usages. Pour 50 euros par mois, il est possible de louer un excellent Vélo’v à assistance électrique basé sur un modèle Lapierre, largement revu par les équipes de JCDecaux et Cyclable. Pour commencer, sans trop dépenser, il n’y aura rien de mieux dans la métropole de Lyon.
MyVélo’v, à partir de 50 euros par mois, 25 euros avec la contribution employeur, disponible via le réseau Cyclable


Subvention : jusqu’à 900 euros pour se mettre au VAE

La Métropole propose une aide à l’achat, jusqu’à 500 euros, afin d’acquérir un vélo-cargo, à assistance électrique, tandem, adapté aux personnes en situation de handicap ou pliant (montant maximum à condition qu’il ne soit pas supérieur à 50 % du prix d’achat). Cette aide est valable pour l’achat d’un vélo neuf ou d’occasion, dans une boutique ou un atelier associatif d’autoréparation de la métropole, entre le 17 mars et le 31 décembre 2020 (voir conditions sur le site du Grand Lyon).

De son côté, le gouvernement a publié un décret permettant la mise en place d’un forfait “mobilités durables”. Tous les salariés venant travailler en vélo peuvent recevoir une prime défiscalisée et mensuelle dans la limite de 400 euros par an. Néanmoins, les entreprises ne sont pas obligées de verser ce forfait, il faudra donc parfois négocier avec son employeur.


[ Sélection extraite du magazine mensuel de septembre 2020. En vente 3,90€ chez votre marchand de journaux ]

à lire également
5 commentaires
  1. Signaler un commentaire inapproprié
    Abolition_de_la_monnaie - 4 septembre 2020

    Avec des prix pareils, il ne faudra pas se plaindre de certains qualificatifs "BOurgois Bohème" !
    😀

  2. Modéré
    rouge-vert-noir - 4 septembre 2020

    Travaillez vos mollets et vos cuisses !! Ne payez pas pour l électrique... Car abolition a raison vous êtes des BoBo.....

  3. Modéré
    Marguerite33 - 4 septembre 2020

    Je ne suis pas d'accord en ce qui concerne les vélo allongés : s'il s'agit de remplacer une deuxième voiture pour une famille, on peut l'acheter avec le prix de la vente de ladite voiture.

    Ensuite, on économise l'assurance auto, l'essence et les frais d'entretien.

    Ainsi, il s'agit non seulement d'un choix écologique mais également économique. (Ce que nous avons fait ici, et je vous assure que nous y avons nettement gagné financièrement !)

  4. Signaler un commentaire inapproprié
    Pierre - 5 septembre 2020

    Quelle solution pour le stationnement si immeuble pas équipé de local vélo ni lieu de travail ?

  5. Modéré
    Bernard G - 5 septembre 2020

    - Box à vélos dans la rue https://www.urbanews.fr/wp-content/uploads/2010/04/m%C3%A9tro-v%C3%A9lo-box-grenoble-e1272613213681.jpg

    - places en parking public automobile quand il y en a un à proximité,

    - La Ville doit approcher les régies d'immeubles, société HLM, pour voir si il n'y a pas de possibilités de garages dans un immeuble proche,

    - demander à son patron, son employeur, l'autorisation de rentrer le vélo dans le local de travail si c'est possible,
    lui demander de créer cette possibilité dans le cas contraire (certains patrons se débrouillent très bien pour fournir des places voitures à eux mêmes et aux cadres de la direction)

    Ceci étant valable aussi pour les vélos ordinaires.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut