Seulement 200 policiers ont manifesté ce samedi à Lyon

Comme à Paris, Toulouse ou ailleurs la mobilisation a largement faibli ce samedi par rapport aux rassemblement d'octobre.

Comme à Paris, ils n'étaient guère plus de 200 hier à battre le pavé sur la place Bellecour. Bien loin du millier de manifestants réunis le 20 octobre donc. Si les policiers sont visiblement toujours en colère, leur mouvement semble s’essouffler alors que le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve a promis une enveloppe de 250 millions d'euros supplémentaires. Ceux qui ont manifesté samedi au cri de "Sécurité au rabais" invoquent la proximité d'une manifestation d'ampleur nationale comme explication à la faible mobilisation.

Lire aussi : "Nous n'allons pas calmer le jeu", parole de policier lyonnais

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut