métro
© Laurent Benoit

Sécurisation du réseau TCL : + 15 % d'interpellations en 2011

Opération promotion. Mercredi 7 mars, les usagers des TCL non munis d'un titre de transport valide n'avaient pas choisi la bonne journée pour frauder. Le Sytral, Keolis et la Sécurité publique du Rhône organisaient une ''opération de sécurisation et de contrôle du réseau de transports''. Bernard Rivalta, président du Sytral et les pontes de la sécurité dans les transports en commun en ont profité pour parcourir leur réseau, sous bonne garde.

A grand renfort de personnels, l'action coup de poing menée le 7 mars simultanément dans tous les points névralgiques du réseau avait au moins deux objectifs : afficher la réussite de la stratégie de sécurisation concertée élaborée en mai 2011 pour renforcer la sécurité des usagers ainsi que des personnels, et procéder à des interpellations, le cas échéant. Pour l'occasion Bernard Rivalta, président du Sytral, Pascal Jacquesson, directeur général de Keolis Lyon et Albert Doutre, directeur départemental de la sécurité publique ne sont pas venus les mains vides. Avec eux, le bilan sécuritaire de l'année 2011. En guise d'introduction Bernard Rivalta entonne un refrain bien connu : ''la sécurité n'est pas une obsession, c'est une nécessité''. Une nécessité à laquelle ont contribué l'an dernier plus de 730 opérations de contrôle associant agents des TCL et forces de l'ordre. C'est donc ''un réseau sécurisé'' qu'il est venu présenter et visiter.

Le réseau est ''une zone de droit''

En 2011, la délinquance a nettement reculé sur le réseau : les vols à la tire ont diminué de 40 % et les violences aux personnes de l'ordre de 4 %. Les estimations concordantes de Keolis et de la Sécurité publique font état d'une baisse de 300 délits par rapport à 2010. Cette réussite, selon Albert Doutre, est à mettre au crédit de ''l'excellente synergie entre les services de sécurité publique, ceux de Keolis et du Sytral''. Si les incidents sont en net recul, c'est aussi parce que les interpellations de contrevenants se sont intensifiées : + 15 %, portant le nombre de personnes interpellées à 2 400.

Grâce à ses 4 550 caméras de vidéoprotection, réparties dans les rames des tramways, des métros et dans les stations, le Sytral s'est targué d'offrir à ses usagers un espace bien plus sûr que les réseaux des autres agglomérations. ''Les infractions commises sur le réseau TCL sont inférieures de moitié à la moyenne nationale'' assure Pascal Jacquesson qui se félicite de la réactivité des équipes en cas de problème. Le directeur général de Keolis, délégataire du Sytral, se réjouit également de la baisse de près de 2 % de la fraude sur le réseau qui s'établit à 9,9 % en 2011. Car le réseau, qui accueille quotidiennement 1,5 million d'usagers, est ''une zone de droit'' comme tient à le réaffirmer Jacques Bajard, chargé de la sécurité auprès du président du Sytral.

Des opérations similaires ''tous les deux ou trois mois''

Mercredi après-midi, l'ensemble du réseau était effectivement une zone de droit. Et pour cause, plus de 350 personnes, dont 150 policiers, étaient mobilisées sur ''tous les points qui peuvent poser problème''. A Part-Dieu, Perrache, Vénissieux, Villeurbanne ou encore à Gorge de Loup, contrôleurs et forces de l'ordre se prêtaient main forte pour lutter contre la fraude et les incidents. A 18 heures, la sécurité publique du Rhône recensait au moins 14 interpellations dûes à des infractions à la législation des stupéfiants ou à des ports d'armes sur le réseau. Et si de l'avis de la Sécurité publique, la présence policière, au quotidien ''rassure les usagers qui n'ont rien à se reprocher'', la présence massive de forces de l'ordre qui accompagnaient, hier, les responsables du réseau a étonné. ''A la différence des contrôleurs, la police est rarement présente dans le tram (T3)'' s'amuse un étudiant qui emprunte la ligne quotidiennement.

La dernière action similaire remonte à mai 2011, au moment de l'adoption de la nouvelle stratégie territoriale de prévention de la délinquance dans les transports. Mais la fréquence de ces actions d'envergure, associant agents des TCL et forces de l'ordre devrait s’accélérer. Bernard Rivalta envisage de récidiver ''autant de fois que ce sera nécessaire''. Jacques Bajard parle, quant à lui, de réitérer l'expérience ''tous les deux ou trois mois''.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut