faits divers arrestation police
Gendarmerie © Tim Douet

Saint-Bonnet-de-Mûre : le meurtrier présumé du garagiste sous les verrous

Le meurtrier présumé du garagiste Hayk Sanosyan, tué par balles le 21 juin dernier près de Lyon, a été mis en examen et écroué ce jeudi 5 septembre. Il aurait agi en réponse à des pressions et des menaces de la part de la communauté arménienne.

Le 21 juin dernier, le corps du garagiste arménien Hayk Sanosyan, 46 ans, avait été retrouvé devant son atelier, à Saint-Bonnet-de-Mûre (lire ici). Il avait été abattu de plusieurs balles.

Ce jeudi 5 septembre, le GIGN a interpellé le meurtrier présumé, Gueghan A., 48 ans, à son domicile de Décines. Après avoir nié les faits, l'homme a reconnu avoir tiré sur le garagiste à plusieurs reprises. A l'origine du meurtre, d'après le Progrès, Gueghan A. évoque des pressions exercées à son encontre par une "organisation mafieuse" de la communauté arménienne, et ce depuis plusieurs mois. Il raconte également des menaces, des violences et des rumeurs à propos d'un contrat sur sa tête. Pensant que le garagiste Hayk Sanosyan était en partie responsable de sa situation, Gueghan A. serait allé le trouver dans son atelier. Voyant le garagiste se pencher dans une voiture, il aurait pris peur et aurait fait feu à plusieurs reprises. Hayk Sanosyan décédera d'une dizaine de balles dans le corps.

Gueghan A. a été mis en examen pour assassinat et écroué. Une instruction judiciaire est en cours pour corroborer ou non sa version des faits.

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
Faire défiler vers le haut