Retour des sans-abri place de la République à Lyon : la mairie recommence des diagnostics sociaux

Plusieurs sans-abri sont revenus s'installer dans des tentes, place de la République, à Lyon. La solution d'hébergement trouvée par les pouvoirs publics en janvier ne "leur correspondait pas sur le long terme" explique la mairie.

Ils étaient hébergés depuis quatre mois et demi dans deux hôtels de Lyon intra-muros, les seuls acceptant qu'ils soient accompagnés de leur chiens.

Le 24 janvier dernier, après négociations avec la mairie centrale, les sans-abri qui logeaient dans leurs tentes entre les kiosques (presse et fleurs) de la place de la République avaient quitté les lieux. La mairie mettait fin, sous une certaine pression citoyenne, à une situation peu confortable à la fois pour les sans-abri, les riverains de la place et les touristes.


"Il ne suffit pas de claquer des doigts" 


Depuis début juin, les tentes sont de retour place de la République. "Ce mode d'hébergement en hôtel sur du long terme ne leur correspondait pas, explique Sandrine Runel, adjointe aux solidarités et à l'inclusion sociale de la Ville de Lyon. Pour les hôteliers, c'était aussi assez compliqué." 

Cinq sans-abri campent de nouveau entre les kiosques de la place de la République. "On a l'impression qu'ils sont nombreux mais en réalité beaucoup de monde vient les voir."

La mairie explique "recommencer à faire des diagnostics sociaux". "Pour l'heure, cette situation vient percuter les dispositifs qui avaient été mis en place", reconnait Sandrine Runel. Avant d'ajouter, "il ne suffit pas de claquer des doigts pour trouver des solutions !"

Caravanes à Cuire

Quant aux sans-abri qui logeaient devant les cinémas Pathé, un peu plus au Sud de la rue de la République, ils sont toujours hébergés depuis fin janvier dans des caravanes achetées et mise à disposition par la Ville de Lyon. Depuis quelques jours, elles ont quitté Vaise pour s'installer à côté du métro Cuire, à Caluire, sur un terrain appartenant à la Ville de Lyon. "Tout le monde est content, ils vivent avec leurs chiens, il n'y a pas de plainte."

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut