Rassemblement Vénissieux
©Grégor Clauss

Rassemblement à Vénissieux contre les violences policières

Une centaine de personnes s'est rassemblée ce dimanche après-midi dans le quartier des Minguettes à Vénissieux. Une manifestation pour dénoncer les violences policières.

Un rassemblement qui a attiré une centaine de personnes

©Grégor Clauss
Un rassemblement qui a attiré une centaine de personnes

Certains s'étaient donné rendez-vous la veille, lors de la manifestation spontanée dans le quartier de la Guillotière. D'autres ont répondu à l'appel lancé sur Facebook pour "rassemblement face aux violences policières et d'Etat" dans le quartier des Minguettes. Un lieu encore secoué par le tournage d'un clip de rap le 1er février dernier, qui avait occasionné "des violences policières, et aujourd'hui des poursuites judiciaires injustes" selon les organisateurs. Rendez-vous était donc pris devant le collège Elsa Triolet, où les policiers se sont fait discrets. Comme un clin d'oeil, une citation de l'auteure française était affichée : "Encore plus important que de conserver les vieux serait de ne pas faire périr les jeunes".

Une allusion qui fait bien évidemment référence au climat actuel tendu qui entoure les policiers à la suite de l'interpellation très musclée du jeune Théo d'Aulnay-sous-Bois. Un viol présumé qui rappelle aux manifestants la mort d'Adama Traoré, celles plus anciennes de Zyed et Bouna, et d'autres drames moins connus qui ont touché le quartier ces dernières années.

Présence de la famille d'une victime

Si l'heure était à l'indignation, le rassemblement vénissian a démarré par un recueillement. Celui de la famille de Mehdi, décédé au mois de décembre dans le quartier du Moulin-à-Vent à Vénissieux, à la suite d'une course poursuite avec une patrouille de police alors qu'il était sur son scooter, accompagné de deux amis. Très émues, la soeur et la cousine du jeune homme de 28 ans, qui venait d'être papa, ont tenu à éclaircir le déroulement de l'accident, tout en demandant l'ouverture d'une enquête.

Venissieux ()

©Grégor Clauss

La rencontre a été marquée par des prises de paroles spontanées, parfois virulentes envers les forces de l'ordre, et du "système en général". "Nos enfants ne sont pas de la chair à canon, foutez-nous la paix !". "Ce qui se passe aujourd'hui, c'est une manipulation, et là où le bat blesse c'est que c'est un gouvernement socialiste. C'est une stratégie, la police cherche à créer des incidents en vue des prochaines élections" a notamment tancé un manifestant, sous les applaudissements des militants d'extrême gauche et des jeunes habitants du quartier des Minguettes. Les intervenants ont tenu néanmoins a rappelé aux jeunes de "ne pas tomber dans la violence, même si elle est compréhensible".

Avant de partir en manifestation sauvage, rapidement arrêtée par les forces de l'ordre, les organisateurs ont appelé tout le monde à venir au prochain meeting "Pour la justice et la dignité" qui aura lieu samedi prochain à Vaulx-en-Velin. Un après-midi à la salle Victor Jara "contre le racisme, les violences policières et la chasse aux migrants". Une rencontre en vue de préparer une marche nationale le 19 mars à Paris.

Article mis à jour le 15 février à 21 heures  : Le rassemblement annoncé ci-dessus a été reporté par les organisateurs à une date inconnue pour le moment.
à lire également
Ce lundi, la CGT cheminots a manifesté devant les locaux du Progrès à Lyon. Ils estiment que les articles de la rédaction à leur égard desservent leur cause. “Le Progrès, menteur, collabo” a été inscrit au pied de la porte d'entrée du bâtiment.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut