Que signifie le bleuet que certains portent, quelle est son origine ?

Les plus observateurs ont pu remarquer que certaines personnalités, hommes politiques, militaires, anciens combattants ou citoyens portaient parfois un pin's représentant un bleuet, une épingle, broche, voire une fleur. Que signifie ce "Bleuet de France", quelle est son origine ?

Avec la célébration des 100 ans de l'Armistice, marquant la fin de la Grande Guerre, certains ont pu remarquer que des personnes connues ou non portaient parfois un pin's ou épingle en forme de bleuet, voire une fleur à la boutonnière. Il s'agit du symbole de l'Oeuvre nationale du Bleuet de France, une oeuvre caritative, héritière de la Première Guerre mondiale. Durant cette dernière, des poèmes apparaissent dans les tranchées sur les "Bleuets de France", il s'agit également du surnom donné par les Poilus aux jeunes soldats.

Les bleuets comme insignes sont nés en 1925 sous l'impulsion de Charlotte Malleterre, fille de commandant de l'Hôtel national des Invalides et Suzanne Leenhardt, infirmière. Ensemble, elles fondent un atelier aux Invalides où les blessés de la Grande Guerre fabriquent des bleuets en tissu pour les vendre ensuite. Le bleuet est alors le symbole d'une fleur capable de pousser même sur les ruines de la guerre ou dans les tranchées. Sa couleur renvoie également à celle des uniformes des soldats, mais aussi au bleu du drapeau français. De l'autre côté de la manche, les Britanniques ont choisi le coquelicot. Dans leur pays respectif, le bleuet et le coquelicot vont s'imposer progressivement comme le symbole à porter le jour de l'Armistice (avec un vrai succès en Grande-Bretagne, quand en France, il se fait parfois plus discret). Les fonds récoltés lors des ventes sont alors mobilisés pour aider les blessés. En 1991, l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre prend en charge l'association du Bleuet de France qui devient Oeuvre nationale du Bleuet de France. Les fonds sont toujours dédiés aux blessés, mais aussi, désormais, aux victimes de guerre, pupilles de la nation et victimes d'actes de terrorisme.

à lire également
Hôtel de police © Tim Douet
Une vendeuse avait été agressée jeudi soir à la fermeture d’un bureau de tabac au Puy-en-Velay, en Haute-Loire. Le voleur avait récupéré près de 5 000 en liquide. Mais l’enquête policière a permis de montrer que la vendeuse était de mèche avec le voleur.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut