Romain Blachier

“Que les réacs continuent à avoir peur de la Guillotière”

Suite à l’entretien avec A. Mendel publié sur notre site cette semaine, les commentateurs se sont déchaînés, se renvoyant la balle sans se lasser. C’est à qui sera le plus fin connaisseur, l’habitant de plus longue date, le meilleur observateur quotidien de ce quartier central de Lyon, qualifié par le journaliste parisien de “Molenbeek français”. L’un de ces commentateurs, élu de l’arrondissement, nous a envoyé une tribune où il développe sa défense de “la Guille”.

“J’aurais pu mentir en vous parlant de la Guillotière. Un quartier que j’aime fort. Auquel j’ai consacré beaucoup. OK, il n’est pas parfait, comme tous les quartiers. On peut toujours améliorer certains points et il faudra faire attention à garder la mixité sociale et d’origine qui en fait son charme. Sa pluralité, qui en fait son unicité.

Un quartier qui s’est réveillé après des décennies de sommeil et de répression des énergies. Depuis des siècles – il suffit d’ouvrir les livres d’histoire lyonnaise –, la Guille est détestée par les réacs de tout poil qui en ont toujours peint de sombres portraits.

On m’a suggéré d’écrire ce texte en réponse à ce journaliste du magazine de droite extrême (ou d’extrême droite, je sais plus, moi !) Valeurs actuelles qui a affirmé que la Guillotière était un quartier rempli de djihadistes. Un “Molenbeek français”, il a dit, suite à un rapide passage dans notre ville et au sein de notre quartier où il est allé faire un tour dans une ou deux rues. Depuis, il en a déduit que la Guille, il le dit dans Lyon Capitale, serait un quartier entièrement islamisé. Une sorte de Racca en bord de Rhône.

Vous me direz, c’était un peu couru d’avance. Demander à un journaliste de Valeurs actuelles d’écrire sur la Guillotière, c’est un peu comme demander à un islamiste ou un membre de la Manif pour tous de faire un compte rendu objectif de la Gay Pride de Lyon.

Mais d’ailleurs, c’est où, la Guillotière ? Les frontières sont floues. Le journaliste parisien, qui n’y vit pas et n’y a passé que quelques minutes, considère que cela se limite à rien. À un point de Sébastien-Gryphe et à la rue Paul-Bert. Je dirais moi que c’est cet ensemble de Berthelot à la place Guichard. Mais, tiens, je vais parler de ce tout petit coin de quartier qu’a vu le journaliste.

Certes, on croise des barbes. Elles sont parfois celles de réacs religieux. Qui, s’ils appellent à la guerre sainte, doivent être sanctionnés. Mais on peut être réac religieux et ne pas appeler à la guerre sainte. Un journaliste de Valeurs actuelles, normalement, ça s’y connaît en matière de réacs, non ? C’est même son fonds de commerce.

Mais ces pilosités, elles sont la plupart du temps celle de hipsters allant s’enfiler un verre de bière locale dans quelque troquet ou expo du quartier. Une bière souvent accompagnée de charcuterie maison.

Certes, il y a aussi des choses à améliorer… La propreté vers la place du Pont. La question du harcèlement de rue, qui n’est pas spécifique au quartier mais qui peut polluer la vie de nos concitoyennes. Il faut travailler dessus, pas agiter des fantasmes sur Molenbeek.

J’avoue, j’aurais pu mentir, moi aussi, en vous en parlant de la Guillotière. J’arrête pas d’en parler, de ce quartier. J’y suis né, j’y habite, j’y suis adjoint à la culture, j’ai écrit un livre dessus et même mon pseudo de DJ (Guille Kong) quand je vais mixer, notamment dans divers lieux du quartier, lui est un hommage.

Pourquoi vous mentir ? Pourquoi j’aurais pu vous dire, moi aussi, que la Guillotière est un endroit sale, dangereux, rempli de tas d’ordures, de dangers divers et d’islamistes radicaux ? Qu’on manque de s’y faire égorger à chaque coin de rue par des Roms assoiffés de sang ? Que les femmes y portent toutes la burqa ? Une burqa sous laquelle elles cachent des armes ? Bref, pourquoi j’aurais pu vous dire : Ne venez PAS à la Guillotière ? Peindre une situation terrifiante. L’assombrir. Et dire à tous ceux qui tentaient de me ramener à la réalité qu’ils étaient des naïfs faisant dans le déni. Après tout, ça marche : Éric Zemmour et des tonnes de sites extrémistes gagnent très bien leur vie avec cette attitude à noircir le monde qui nous entoure. À inventer, parfois de toutes pièces, des drames pour confirmer leur vision.

Vous raconter, comme d’autres, n’importe quoi aurait eu des avantages pour moi. Celui peut-être d’éviter que mon loyer et celui des habitants du coin n’augmente pas trop en attirant encore plus de monde chez nous. Même si la ville et la métropole font de gros efforts pour construire des logements sociaux pour parer à la trop forte demande dans le quartier et préserver la mixité dont nous sommes si fiers, les loyers augmentent. Ben oui, la demande est forte.

Vous raconter n’importe quoi permettrait aussi d’éviter que trop de monde vienne dans nos bars, nos restaurants, nos cafés. Et nos librairies, nos théâtres si riches, avec l’Uchronie qui démarre fort, l’Élysée qui fait complet presque tout les soirs et puis, de l’autre côté du boulevard, l’Improvidence.

J’aurais pu mentir, éviter qu’on soit trop nombreux à être dans les expositions organisées à la Taverne Gutenberg, chez Roger Tator, au Bikini (le journaliste parisien a dû lire “au burqini”), chez la Rage ou à la Snap Galerie. Parce que c’est toujours bondé.

Dans notre quartier, que la presse de droite dure veut dépeindre comme islamisé, on va au théâtre, aux expos. On chante. On boit du vin naturel. On mange chinois, africain, portugais (la plus grosse communauté d’origine étrangère du quartier) lyonnais, du Sud, du Nord, du Japon, d’Inde, végétalien, indien, etc. On y danse du ventre, du tango, du makossa, du reggae, du rock. Ou sur les tables des bars de la rue Pasteur. On y travaille. On y crée. On imagine. On construit le présent et le futur. Ensemble. On y est du monde entier, de France, d’ailleurs. De la Guille.

Et on y est bien. Alors, que les réactionnaires continuent à avoir peur de la Guillotière. Au moins, ils ne viendront pas nous polluer nos vies.”

Romain Blachier, adjoint au maire du 7e, chargé de la culture, des événements et du numérique

à lire également
Rendez-vous à la Guille ! À Lyon, il y a ceux qui se retrouvent sous la queue du cheval... et ceux qui préfèrent aller “de l’autre côté du pont”. Quartier cosmopolite de la ville, la Guillotière est aussi son âme, marqueur de l’évolution de la cité comme de son histoire.
25 commentaires
  1. guidoline - 16 septembre 2016

    Les réacs ont par définition peur de tout. C'est même à ça qu'on les reconnait. Sans la peur, ils ne sont plus rien. Ils redeviendraient des gens normaux.

  2. patriceB - 16 septembre 2016

    Merci à M Blachier pour cette article qui vient du fond du coeur. On attend la réaction de 'Jean Jaurès'

  3. Papy - 16 septembre 2016

    J'ai un ami à Molenbeek. Il me disait que, comme toujours, les médias ont fabriqué avec ce lieu un fantasme de la peur et du terrorisme. C'est un cliché bien pratique pour vendre de l'audience, mais dénué de toute réalité.Utiliser ce fantasme de terrorisme, comme le fait le réactionnaire Mendel, pour en créer un autre à la Guillotière est une attitude profondément malhonnête. C'est du militantisme réactionnaire. Relayer sa parole, c'est l'aider dans la construction des peurs qui lui servent.

  4. Jean Jaurès - 16 septembre 2016

    Si c'est Jean Jaurès que vous attendez, il en est honoré, mais il vous répond que vous vous trompez sur son compte! D'autre part, Jean Jaurès n'a pas ses entrées à Lyon Mag comme à Lyon Capitale, comme le camarade Blachier, et obligé de Collomb, qui peut, tribunes ouvertes, écrire à sa guise sur les bienfaits de la politique municipale. On ne combat pas à armes égales donc, mauvais point pour le camarade qui a besoin du renfort des médias locaux pour contrer un simple commentateur citoyen. Mais la raison de son courroux est ailleurs, inavouable... Parce que la description du quartier présentée me convient, presque. Mais affirmer qu'on peut être barbu, réac religieux et ne pas appeler à la guerre sainte peut laisser pantois... Parce que même les sages 'piétistes' véhiculent...

  5. Jean Jaurès - 16 septembre 2016

    ...une vision du monde en rien conforme avec les valeurs de Liberté, d'égalité et de fraternité. Ils affirment d'ailleurs leur sécession avec ces valeurs de la République. Pour ma part, j'affirme qu'un discours communautariste comme celui de Blachier et de bien d'autres, à gauche et à droite, renvoie à un différentialisme qui n'est rien d'autre qu'une variation du racisme. C'est pour cela que je parle de communauracisme. C'est l'apologie du droit à la différence qui conduit à la différence des droits, toujours au profit des plus munis culturellement et économiquement. Ce sont alors des barrières visibles et invisibles qui se dressent entre les différentes communautés, qui vivent côte à côte, au mieux, mais pas ensemble. Prenons l'école, à la Guillotière par exemple!

  6. Jean Jaurès - 16 septembre 2016

    Et bien il y en a qui accueille tous les enfants sans restriction et elle sont à l'image de la diversité du quartier. Et il y en a d'autres, les écoles privées, qui accueillent d'autres enfants du quartier. Il m'est arrivé de croiser dans la rue des rangs d'écoliers des deux écoles, avec quasi uniquement des têtes blondes d'un côté et presque que des têtes brunes de l'autre! Comment est-ce possible quand la mairie se gargarise avec le vivre ensemble? C'est possible avec un discours cynique et hypocrite! A Lyon, Collomb est le premier défenseur de l'école privée, le metteur en scène, avec ses adjoints, d'une éducation séparée, autre nom de l'apartheid, scolaire en l'espèce. Merci de relire les commentaires ici sur le débat des rythmes scolaires. Pour ne pas mourir idiot!

  7. Jean Jaurès - 16 septembre 2016

    Autre illustration qui montre que les réactionnaires peuplent la Mairie de Lyon! Dans une de ses tribunes, Blachier dénonçait les partisans de la laïcité en usant du terme péjoratif 'laïcard'. Me visait-il? Je le rassure, pour moi c'est un compliment, Victor Hugo se considérait comme un laïcard. Mais le terme a surtout pris son essor au moment de l'affaire Dreyfus lorsque les réactionnaires de toutes les obédiences d'Extrême-droite ont attaqué ceux qui prenait la défense du capitaine... 'L'insulte' a couru dans toutes les ligues factieuses durant l'entre-deux-guerres pour se déployer magnifiquement sous Vichy qui accusait les laïcards de tous les maux. A l'insu de son plein gré, Blachier ('la voix de son maître') se découvre magistralement!

  8. Jean Jaurès - 16 septembre 2016

    PatriceB! Je continue?

  9. Jean Jaurès - 16 septembre 2016

    Tiens! Sur bien d'autres sujets (ici), Olivier Brachet apporte de l'eau à mon moulin! Il déclare que Collomb et Wauquiez, c'est la même chose! Je le savais depuis longtemps!

  10. Lyonnaise07 - 18 septembre 2016

    A l'attention de Romain BLACHIER, En traitant les vrais Lyonnais de réacs, vous crachez sur l'identité populaire qui a fait la beauté de ce quartier. Je suis née et j'ai vécu dans ce quartier(entre la rue de Marseille et l'Avenue jean JAURES ) depuis 57 ans. Je vis toujours dans ce quartier. Je déplore l'évolution dévastatrice accompagnée d'un envahissement étranger à ses véritables origines et je dénonce la destruction que vous avez entrepris. Ce quartier avant l'invasion nocive des socialistes depuis 2001, était le centre d'une vie commerciale. On se promenait sans crainte de rencontrer, un horde de migrants, de SDF.... Certes on faisait la distinction entre le 6ème et le 7ème , mais on n'avait à rougir de nos origines. Ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas...

  11. Jean Jaurès - 18 septembre 2016

    Je sais bien qu'il est difficile de faire boire un âne qui n'a pas soif mais j'invite Blachier et tous les autres communauracistes, de gauche et de droite, à trouver sur Internet l'article fortement instructif écrit par Fatiha BOUDJAHLAT, secrétaire nationale à l'éducation du MRC (Mouvement Républicain et Citoyen) qui s'intitule: 'Les nouveaux racistes'. Lors du Congrès fondateur du MRC, Chevènement s'était emporté à la tribune contre ce point de vue que j'avais développé dans un article distribué à tous les congressistes...15 ans, plus tard, je constate qu'on s'est rangé à mes idées... Comme il y a 25 ans, j'avais écrit une contribution au PS afin qu'il devienne écologiste, ce qu'il n'était pas du tout à l'époque... On avance, on avance...

  12. romain blachier - 18 septembre 2016

    Lyonnaise07 : je suis moi aussi un 'vrai français'. Vous savez on peut être 'un vrai français' sans être un réac. Avant 2001 il y avait bien moins de commerces qu'aujourd'hui : il y avait déjà des kebabs dans votre rue mais moins de librairies, moins de théàtres et les bars de la rue Pasteur étaient des coupes-gorges au lieu d'être ces endroits sympas d'aujourd'huiN'importe quel habitant vous le dira. Avant, on habitait le 7e par hasard et il était impossible d'y faire quoi que ce soit après 19h. Avant il y a avait déjà des SDFs puisque Notre Dame des Sans Abris existe depuis un siècle. C'est l'honneur de notre quartier d'ailleurs que cette solidarité avec les plus démunis. Aujourd'hui le 7e attire bien plus qu'avant 2001 des gens de toutes catégories sociales. tant mieux.

  13. romain blachier - 18 septembre 2016

    jean jaurés: presque une dizaine de commentaires (et pour répondre à votre question non je n'écris pas d'édito en pensant à vous je ne vois même pas qui vous êtes à part que vous avez été élu d'un autre bord que le mien) je suis ravi que mon article vous passionne.guidoline, papy et patriceB: merci à vous

  14. Jean Jaurès - 18 septembre 2016

    Décidément, camarade Blachier, vous vous trompez sur tout! Il y a près de 30 ans j'étais le secrétaire du PS du 7ème, plus tard, j'ai été élu avec le PS, à plusieurs reprises... et on se retrouvera à la prochaine réunion de section du 7ème le 29 septembre prochain... Si je suis le candidat désigné par les camarades pour les prochaines législatives (comme je l'ai déjà été dans le passé...), j'espère que vous viendrez coller mes affiches...

  15. Jean Jaurès - 18 septembre 2016

    Sauf si tu es déjà occupé avec la campagne d'un macroniste... Tu sais, Macron, celui qui ne sait pas encore quelle étiquette il va retenir: 'les communauracistes libres' ou 'les camelots du roi' ou encore 'les escrocs modernes'... Moi, j'ai commencé ma campagne ici et sur Lyon mag, je fais du Gramsci, avant de gagner dans les urnes, il faut gagner les esprits... Et j'ai même des retours de membres du Gouvernement (actuel) qui apprécient, certains, de mes commentaires... Et tout cela ne peut même pas être comptabilisé dans des comptes de campagne, alors pourquoi je me priverais?

  16. Jean Jaurès - 18 septembre 2016

    Alors Blachier -aveugle un jour, aveugle toujours-, tu es là ou tu es en train de danser... (au passage, je me permets de revendiquer la paternité du Défilé de la Biennale, mais pas vraiment ce qu'il est devenu... celui du temps de sa splendeur...qu'il faudra bien retrouver...). J'apprends que 29% des Musulmans, c'est-à-dire entre un et deux millions de personnes (le directeur de l'INED vient de déclarer, chiffres fiables à l'appui que la France compte désormais 25% d'immigrés et d'enfant d'immigrés...) déclarent vouloir obéir aux lois de la Charia avant celles de la République! (40% chez les jeunes). Voilà ce qu'un Droit à la différence idiot et raciste a produit. C'est le plus grand défi de notre société. Mais avant tout, je pense aux 71% restants, parmi lesquels bien des amis...

  17. Jean Jaurès - 18 septembre 2016

    Le socialiste macroniste/collombiste Pascal Terrasse a déclaré hier sur France 3: 'je suis pour le combat identitaire!'. Les masques tombent et la boucle est bouclée!

  18. thomasfavre - 18 septembre 2016

    On croirait lire un éditorial écrit dans les années 90. Romain Blachier refuse de voir la réalité en face et fait dans l'angélisme. C'est à cause de cette attitude, partagée par beaucoup ces dernières décennies, que nous en sommes arrivés à la vague d'attentats qui a commencé avec Mohamed Merah en 2012. C'est à cause de cette attitude que marcher dans la rue ou prendre le métro est devenu une expérience stressante pour beaucoup de gens, en particulier pour les jeunes femmes.

  19. romain blachier - 18 septembre 2016

    15 commentaires de jean jaurés... décidément je vous passionne article après article.thomas : allez à la guillotière. Au lieu de vouloir tordre la réalité sur internet et de vous en prendre à moi sans argumenter. Et vous verrez en vrai que ce quartier est plutôt un endroit vivant, où l'on croise plutôt des verres de vin naturel, des restaus indiens, africains, semis gastros que des islamistes. Sinon nous ne serions pas autant obligés de faire attention à ce que le quartier garde sa mixité sociale. Personne ne voudrait habiter un Molenbeek français. Allez venez nous voir. On ne mord pas. Je vous offre même la bière.

  20. Jean Jaurès - 19 septembre 2016

    Salut camarade Blachier! Révisionniste aussi! C'est pas bien! Avant 2001, le secteur de la rue Pasteur était un coupe-gorges?Et pourtant, dans les années 80 et 90, j'ai habité longtemps à l'angle du Père Chevrier/Sébastien Gryphe, au-dessus des Sans-abris... Et je n'ai jamais été inquiété. Je n'ai jamais fait partie non plus des gens qui ont peur, ici comme ailleurs, hier comme aujourd'hui... Et on avait même parfois droit à du beau monde, des visites inattendues...une fois c'était le Ministre Evin. Une autre fois, en rentrant chez moi, je vois des gens qui squattaient devant mon allée, comme souvent... et au milieu d'eux, il y avait un homme habillé tout en blanc, bien propre sur lui, c'était le pape Jean-Paul II! Saperlipopette!

  21. Andreos695 - 20 septembre 2016

    Bel article ! Quel talent ! Vous avez bien raison ! Je vous approuve : ceux qui ont peur (salauds !) ou qui osent critiquer ce magnifique quartier ne sont que des réacs fascistes et racistes. Pas de problème lié au salafisme donc (vous n’employez pas une seule fois ce mot dans votre article, désolé, j’espère ne pas vous avoir trop choqué) à la Guillotière pardon la « Guille » et les barbus (beaucoup) ne sont que des hipsters. Franchement il fallait oser ! Certes, il ne faut pas jeter l’opprobre sur toute la « Guille » je vous l’accorde, mais il faut parler des vrais problèmes sans les nier. On pourrait en citer un deuxième je pense - sans exagération - à savoir le trafic de drogue (conséquent à la « Guille », encore un oubli de votre part dans votre article).

  22. Andreos695 - 20 septembre 2016

    En tant qu’adjoint au maire, je comprends que vous ne souhaitiez pas dépeindre une situation trop négative de ce quartier. Je vous rappelle simplement qu’en tant qu’Elu vous avez le devoir de reconnaître certaines réalités…

  23. philippelebel - 22 septembre 2016

    Quartier que je quadrille de long en large depuis ma jeunesse, depuis les années 80. L'âge venant et/ou les glissements du paysage s'opérant au gré des mouvements, des mutations, des migrations, je n'aime plus certains de ses endroits. Le début de la rue Paul Bert me rappelle le souk de Marrakech sans le charme, sans les touristes car on y croise jamais de têtes blondes. Je ne connais par Molenbeek mais l'ombre inquiétante des silhouettes surgissant au détour d'une ruelle a du faire sursauter le journaliste de Valeurs. La PM n'y met jamais les pieds. La police se cantonne à la place du pont et avec un équipage conséquent. (cf suite ci-dessous)

  24. philippelebel - 22 septembre 2016

    Le début de la Grande Rue s'africanise. En 2010, ils ont apporté un souffle et l'a réanimé. Aujourd'hui, par le phénomène du regroupement des commerces, c'est l'anarchie, l'incivilité, la saleté, la décrépitude qui sont les emblèmes du lieu. Réduite à une seule voie les gens trouvent le moyen de se garer en double file. Est-cela le multicuturalisme ? Je n'y vois que des excès. Monsieur le Maire que l'on croise si souvent au gré de ses déambulations pédestres sur la presqu'île ne franchit jamais le pont et malgré des réalisations remarquables qui élèvent la ville de Lyon, beaucoup ne retiendront que ces plaies.

  25. romain blachier - 23 septembre 2016

    Andreos695 : mon article, si vous l'avez lu, ne dit pas que la Guillotière est parfaite ou se vante d'être exhaustif, même si il évoque aussi quelques problèmes (nul endroit n'est parfait et il y a beaucoup de travail qu'on essaye de mener). Il dit simplement que ce n'est pas vrai que c'est un nid de djihadistes.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut