Najat Vallaud Belkacem

Quand Najat Vallaud-Belkacem défendait la GPA, gestation pour autrui

Alors que le président de la République vient d’adresser une lettre au chef du groupe UMP à l’Assemblée nationale, dans laquelle il indique que la circulaire Taubira n’est "en aucun cas une reconnaissance de la gestation pour autrui", à laquelle il se déclare "fermement opposé", nous publions les meilleurs passages d’une tribune parue dans Le Monde daté du 13 décembre 2010 et intitulée "Gestation pour autrui : un cadre contre les dérives". La porte-parole du gouvernement, comme son actuel conseiller, Gilles Bon-Maury, figuraient ainsi parmi les signataires de ce véritable manifeste pour la GPA. Au même titre qu’Aurélie Filippetti, Bruno Julliard, Alain Vidalies ou encore François Rebsamen. Quand le hasard est une loi qui voyage incognito, il n’y a certes plus de "frontières biologiques"…

"Chaque victoire emportée par la France contre ses propres conservatismes est le résultat d'une confrontation. Lorsqu'il s'agit de prendre acte de l'évolution de notre société, les libertés à conquérir sont toujours précédées d'incompréhensions, d'inquiétudes et de prophéties menaçantes. C'est en répétant les choses avec obstination que les Français, et plus encore les Françaises, ont dissipé les doutes et obtenu le droit au divorce, puis le droit de disposer librement de leur corps, malgré tous les messagers de l'apocalypse qui s'y sont opposés", peut-on lire dans le premier paragraphe.

"La multiplicité et la plasticité des modèles familiaux ne peuvent être ignorées plus longtemps », poursuivent les auteurs, qui ajoutent : « Parenté et filiation n'ont rien de naturel, ce sont des liens institués. (…) Ce n'est pas le fait de porter un enfant qui fait d'une femme la mère de cet enfant, mais le fait de le vouloir, de s'engager à l'élever et de s'y préparer. Voilà trente ans que les techniques médicales permettent aux femmes de porter l'enfant d'une autre. Il y a vingt ans, alertés par les dérives qui pouvaient affecter cette pratique en l'absence de toute loi, le juge puis le législateur français ont préféré mettre un terme à la pratique elle-même, plutôt qu'à l'absence d'encadrement. C'est ainsi que toute gestation pour autrui est prohibée dans le droit français depuis 1991".

Enfin, le texte conclut : "Au XXIe siècle, la fondation d'une famille est l'expression d'une volonté, c'est-à-dire de la conjonction d'une liberté individuelle et d'un projet partagé. La venue au monde d'un enfant résulte de cette liberté et de ce projet. Encadrer la gestation pour autrui, c'est reconnaître que cette liberté et ce projet ne s'arrêtent pas aux frontières biologiques. Des parents, des géniteurs, une gestatrice peuvent permettre, ensemble, la venue au monde d'un enfant. Il revient à la société de fixer le cadre nécessaire à la protection de cette liberté".

Pourquoi ce qui est clair quand on est dans l’opposition devient si compliqué quand on obtient la majorité ? Moi, pas président de la République, donc moi pas comprendre.

à lire également
Métro de Lyon – Mars 2019 © Antoine Merlet
Édito - 2025, 2030, 2040, voire même 2050 : pour ces élections municipales et métropolitaines de Lyon, les candidats ne vont pas manquer de proposer des projets de mobilité à des horizons parfois très éloignés. Pourtant, pour toute personne qui ne se déplace pas en voiture avec chauffeur, l'évidence saute aux yeux : l'urgence, c'est maintenant !
17 commentaires
  1. Etienne Bost - 2 février 2013

    Mademoiselle Belkacem et ses acolytes du Parti Sociétaliste sont dangereux pour la société.

  2. Gérard Eloi - 3 février 2013

    1) Dans les 'principaux extraits', pourquoi avoir négligé celui-ci :« Comment justifier que ces enfants, à la filiation incontestable, soient aujourd’hui privés de tous les droits liés à leur inscription à l’état civil, étrangers au pays de leurs propres parents, au seul motif du mode de conception « choisi », en désespoir de cause, par ces derniers ? De quoi sont-ils coupables, avant même leur naissance, pour être ainsi sanctionnés ? Il y a certes une question d’humanité, mais surtout une q

  3. Gérard Eloi - 3 février 2013

    '...Il y a certes une question d’humanité, mais surtout une question de responsabilité morale à envisager sérieusement les conséquences des principes qu’on choisit d’adopter, et de faire appliquer par d’autres. »2) Pourquoi avoir attendu 2 ans avant de parler de ce texte ?Un peu bizarre, M. Maïsto...

  4. Gérard Eloi - 3 février 2013

    Note pour E. Bost : c'est vrai que la prise de position ci-dessus : reconnaître un Etat civil à des enfants dont nos services nient l'existence, montre la dangerosité des socialistes.Nous n'avons pas la même conception de la dangerosité...

  5. Etienne Bost - 3 février 2013

    A propos des adultes qui ont accueilli un enfant illégalement, la loi n'est pas construite pour entériner un état de fait. Sauf à valider toutes les infractions... au nom de je ne sais quel droit à l'égalité pour tous...

  6. Tryph - 4 février 2013

    quand la loi est débile, il ne me parait pas inopportun de la modifier.

  7. AVENIR FRANCE - 4 février 2013

    La société pourra toujours modifier à sa guise les lois, par contre rien ne pourra changer le fait qu'un mariage restera à jamais l'union entre un homme et une femme dans le seul but de créer leur famille en mettant aux mondes leurs enfants, enfants liés biologiquement. Ce schéma est et restera la seule référence inaliénable sur notre planète terre. Tout le reste n'est et restera que fantasme économico-sociétal. La loi de l’homme ne remplacera jamais la loi de la nature et de la vie.

  8. AVENIR FRANCE - 4 février 2013

    Il faut garder précieusement les noms de ceux qui ont voté en 2013 à l'assemblée 'oui' au mariage homosexuel afin de pouvoir les fournir demain aux tribunaux qui se mettront à condamner ce mariage comme un crime contre l'humanité.

  9. Vasquez 17 - 4 février 2013

    La loi de la nature n'empêche pas Avenir France d'être bègue (3 fois le même texte) - et surtout inepte. ça fait longtemps que les gens ne se marient plus pour créer une famille et se reproduire. Ils le font pour payer moins d'impôts. Que compte faire Avenir France des couples mariés sans enfants ? Les condamner aussi pour crime contre l'humanité ? Et aussi ceux qui ont adopté des enfants (donc pas 'liés biologiquement') ? Retournez d'où vous venez : du Moyen-âge

  10. Tryph - 4 février 2013

    Apparemment Jeaubeleau s'est trouvé un nouveau pseudo... le style 'spammesque' reste néanmoins facilement reconnaissable.donc les gens qui se marient et qui ne font pas d'enfant (ça existe) devraient se voir annuler leur mariage si on suit l'argumentaire du spammeur.de même les familles dont les parents ne sont pas mariés (ça existe aussi) ne devraient pas être reconnues comme des 'vraies' familles.les familles qui adoptent, les familles mono-parentales seraient aussi des sous-famille?

  11. Etienne Bost - 4 février 2013

    Une mère seule avec un enfant, ça n'est pas une famille du tout.

  12. Gérard Eloi - 5 février 2013

    Donc, il faudrait inscrire à l'adoption tous les orphelins de père ou de mère, et les placer en attendant dans un orphelinat ?Conception étrange, obscurantiste pourrait-on même dire...

  13. Etienne Bost - 5 février 2013

    A ce niveau du débat, je crois que beaucoup font semblant de ne pas comprendre les enjeux de ce texte de loi. Doit-on mettre ça sur le compte de la bêtise ou de la mauvaise foi?

  14. Gérard Eloi - 5 février 2013

    J'ai l'impression que question bêtise et mauvaise foi, tu es copieusement servi.Parce que avoir écrit :'Une mère seule avec un enfant, ce n'est pas une famille du tout'......c'est particulièrement grave, et aussi injurieux pour des personnes devant affronter peut-être des situations de précarité.

  15. Tryph - 6 février 2013

    c'est clair que question bêtise et mauvaise foi, ils sont puissants les anti.il ne se rendent même pas compte que de sortir des énormités du genre 'une mère avec un enfant ce n'est pas une famille' ou 'les enfants issus de GPA devraient être mis à la DASS' (vu sur lyonmag) en se réclamant du droit des enfants et de leur bien être est juste un non sens.les vrais (et cachés) arguments des anti sont plus à chercher du coté des mots en 'phobie' que de la raison.

  16. Etienne Bost - 6 février 2013

    Transformer les homosexuels en consommateurs d'enfants, ce n'est pas ce qu'on peut appeler un progrès. Ce projet de loi par la marchandisation des corps et des enfants qu'il va accentuer, va par ailleurs à terme faire exploser l'homophobie d'ici une dizaine d'années quand les conséquences seront tangibles. Cette loi instrumentalise les homosexuels pour la généralisation du marché international de la misère. Je suis phobique de la bêtise caractérisée et j'assume.

  17. Sophie_Lyon - 7 février 2013

    Un concentré de bêtise et d'insultes envers les familles monoparentales ou non mariées; finalement, les masques tombent, ce n'est pas plus mal.

  18. Etienne Bost - 7 février 2013

    Ah quelle horreur ! Le retour de la Bête immonde !!! Bravo on a franchi le point Godwin.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut