manif

Quand la Manif pour tous contre le mariage gay essaie de "gruger" la SNCF

Pour profiter de billets de train à prix doux, le collectif opposé au mariage homo suggère aux participants de la manifestation parisienne du 24 mars de se faire passer pour des visiteurs du Salon du livre, qui a lieu le même week-end, événement dont la SNCF est partenaire.

manif ()

La Manif pour tous, hostile au mariage homosexuel, bat le rappel des troupes alors que le texte passera au Sénat le 2 avril. Dimanche 24 mars, un cortège va se rassembler à l'Etoile, pour une descente des Champs-Elysées. A en croire Anne Lorne, porte-parole lyonnaise du collectif "En marche pour l'enfance", composante de la Manif pour tous, la mobilisation pourrait même être supérieure à la journée du 13 janvier, qui avait réuni, selon les organisateurs, 800.000 personnes (340.000 selon la police). C'est en tout cas son objectif.

Le pavé ou les pavés ?

Et pour braver d'éventuels obstacles financiers, le collectif souffle une combine pour payer moins cher le TGV. En effet a lieu, le même week-end, à Paris le Salon du livre. Or la SNCF, partenaire de l'événement, offre une réduction aux visiteurs "jusqu’à 50 % de réduction sur le plein tarif loisir, à valoir sur l'achat d'un billet aller-retour, sans correspondance, à destination de Paris (…) pour des voyages effectués entre le 20 mars 2013 et le 27 mars 2013". "L'occasion pour vous, manifestants, de profiter de cette offre pour venir !" souligne le site de la Manif pour tous.

manif2 ()

Faut-il considérer ce tuyau comme un bon plan signalé par des organisateurs soucieux de soulager le porte-monnaie de leurs ouailles ? Ou une incitation à gruger la SNCF en invitant des manifestants politiques à se faire passer pour des visiteurs culturels ? La SNCF n'a pas souhaité réagir, même si le chargé de communication rappelle que, pour avoir droit à la réduction tarifaire, "le billet doit être joint à un justificatif d'entrée au Salon du livre", autrement dit le ticket d'entrée validé. "Sinon, ils devront payer la différence avec le tarif normal", prévient-il. Les manifestants devront donc, à un moment donné, faire un tour porte de Versailles, pour oblitérer le ticket qu'ils auront préalablement acheté (10 euros).

"Nous n'avons jamais eu de cadeau de qui que ce soit", réagit Anne Lorne, qui s'attend à ce que la SNCF procède à des contrôles stricts. La porte-parole lyonnaise ne voit cependant pas où est la polémique : "Qui parmi nous ne serait pas allé spontanément au Salon du livre ? Moi-même, j'irai visiter Versailles, la veille de la manif."

Risque de radicalisation ?

"Le ton du discours va changer." La porte-parole lyonnaise ne s'en cache pas, "les gens sont énervés, choqués" de ne pas être entendus par le Gouvernement et "la classe politico-médiatique". D'où un risque de propos plus "clivants" et "moins open" aux homosexuels. Une dérive qu'Anne Lorne précise ne pas souhaiter. Mais qui a peut-être déjà commencé : ce lundi, deux affiches du collectif ont été pointées du doigt, l'une présentant une bombe, l'autre la ministre de la Justice en train de fesser un enfant avec un Code civil.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut