Police
© Tim Douet

"Purges" : Alternative police demande la fermeté en cas d'agression à Lyon

Lancés à l'origine comme "une blague" par un jeune Grenoblois, les messages appelant à une "purge" la nuit d'Halloween se sont multipliés sur les réseaux sociaux. À Lyon et dans le Rhône, pour le syndicat de police Alternative, en cas d'agression : "il est impératif que la préméditation soit retenue".

Ces derniers jours, de nombreux messages ont été relayés sur les réseaux sociaux, appelant à "des purges", le 31 octobre pour la nuit d'Halloween. Dans certaines communications, les forces de l'ordre sont clairement visées et les auteurs appellent à s'en prendre à elles. À l'origine du premier message, un jeune Grenoblois a été placé en garde à vue (lire ici). Il invoque pour sa défense "une blague" inspirée des films American Nightmare dans lesquels tout est permis durant une nuit par an.  Dans le Rhône et à Lyon, le syndicat Alternative police - CFDT a tenu à réagir via son délégué départemental, Hervé d'Eyssautier : "On espère que l'individu qui a été interpellé à Grenoble sera condamné à la hauteur de ses propos. Cette histoire a fait beaucoup de bruit dans les services, des collègues sont indignés par les messages".

Le syndicaliste en appelle ainsi à la fermeté : "Si des individus s'en prenaient à des policiers dans la nuit du 31 au 1er, il est impératif que la préméditation et le guet-apens soient retenus. Le phénomène a été relayé sur les réseaux sociaux et dans les médias. Il ne pourra être ignoré par les auteurs qui s’attaqueraient à des policiers ou des gendarmes".

Selon nos informations, les forces de police, ainsi que les CRS seront mobilisés à Lyon pour le 31 octobre. Depuis une dizaine d'années, des incidents ont régulièrement lieu lors de la nuit d'Halloween.

Faire défiler vers le haut