Protection de l'enfance : "pas de perspective à la métropole de Lyon"

Auteur du "Placé, déplacé" Adrien Durousset était l'invité de l'Autre Direct pour nous parler de son parcours, des difficultés qu'il a rencontrées avec ses familles d'accueil et avec l'administration tout au long de sa jeunesse, mais aussi du transfert des compétences de la protection de l'enfance du département à la métropole.

Placé à l'âge de 5 ans en 1997 par une ordonnance d'un juge pour enfant, Adrien Durousset était dans l’autre direct pour nous parler de son parcours d’enfant "Placé, déplacé" dont il a tiré un livre. Un parcours où son avis n’a jamais été pris en compte explique-t-il : "Quand j'ai été placé en famille d'accueil ça s'est mal passé. Ça s'est terminé en tentative de suicide. Quand j'ai voulu dénoncer ce qu'il s'est passé, on a dit que je disais n'importe quoi. J'ai eu affaire à une administration sourde et muette."

Son statut d’enfant de la DASS lui colle aussi à la peau et est difficile à effacer : "On me ramène à mon statut d'enfant placé en disant que 'je n'y arriverai jamais dans ma vie', que de toute façon j'ai 'un parcours chaotique'. Quand j'ai fait une tentative de suicide, des travailleurs sociaux ont dit que je ne m'en sortirai jamais ou alors que je finirais SDF."

"À ce jour, il n'y a pas de perspectives concrètes pour la protection de l'enfance au sein de la métropole de Lyon"

Pour les faire mentir, il décide alors de "prendre le problème à bras le corps malgré le manque d'amour et d'affection que j'ai eu. Je voulais prouver que je suis un jeune comme tout le monde et pas seulement 'un jeune de la DASS'", confie-t-il au micro de l’Autre Direct.

Aujourd’hui diplômé et inséré dans la vie active, il veut partager son expérience et l’utiliser en politique. En 2015, la métropole de Lyon a récupéré les compétences de la protection de l'enfance. Un transfert qui n’a pas été que bénéfique selon Adrien Durousser : "À ce jour, il n'y a pas de perspectives concrètes pour la protection de l'enfance au sein de la métropole de Lyon. On ne sait pas ou l'on va. En tant que jeune placé, j'aimerais savoir ce qu'ils ont comme feuille de route."

2 commentaires
  1. Lyonnaise07 - mar 10 Mai 16 à 12 h 11

    Lyon Capitale Je ne peux que confirmer les propos d'Adrien Durousset. En effet depuis le 27 Juillet 2012, cette administration m'a privé de mon travail que j'exerçais depuis 20 ans. Entre les fausses déclarations et les propos diffamatoires, la Vérité n'a pas le droit d'exister. Ce pouvoir administratif est conforté par une justice partiale au service ........ Bien qu’ayant tenté d’aller les médias, je me suis heurtée à une omerta. Trop préoccupés à protéger leur acquis et à lécher les bottes du pouvoir en exercice ou des partis politiques.https://www.facebook.com/Contre-une-Injustice-Administrative-1406423359629428/timeline/ Pertes de salaires : 71605,59E + Pole Emploi : 55576E. = 127180,59E Coût de l’iniquité dont je suis victime et que les contribuables en sont les payeurs malgré eux !

  2. Lyonnaise07 - mar 10 Mai 16 à 12 h 54

    Quand j'écris, mon Désespoir mêlé à la Colère provoque des fautes d'orthographe. [Bien qu’ayant tenté d’aller les médias, ] : Correction: ......Bien qu’ayant tenté d’alerter les médias... Je pourrais écrire un livre sur ce métier. Mais notre statut n'a jamais intéressé les intellos de service. A cela on ajoute l'indifférence des parents plus préoccupés par le cout.... La 1ère question que l'on vous pose au téléphone: Combien prenez- vous de l'heure? Question très subjective…On paie la Nounou comme on paie ...... Sans compter toute cette hypocrisie professionnelle, et la délation de quartier. C'est un critère cher à notre pays. On a vu en 1940, ce que le cruauté citoyenne a couté en vies. Et les enfants dans cette démence d'adulte y perdent souvent leur naturel, voire leur existence...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut