Bernard Preynat, le 13 janvier 2020, au palais de justice de Lyon © Philippe Desmazes / AFP
Bernard Preynat, le 13 janvier 2020, au palais de justice de Lyon © Philippe Desmazes / AFP

Procès Preynat - Lyon : le prêtre pédophile condamné à 5 ans ferme

Le tribunal correctionnel de Lyon vient de condamner Bernard Preynat à 5 ans de prison ferme.

Bernard Preynat, 75 ans, vient d'être condamné ce lundi à 5 ans de prison ferme pour agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité. Une sanction en dessous du réquisitoire du procureur de la République Dominique Sauve ,qui avait demandé une peine “qui ne doit pas être inférieure à 8 années de prison ferme”. La peine maximale encourue pour ce délit est de 10 ans de prison et 150 000 € d’amende. Aucun mandat de dépôt n’a cependant été demandé.

Lors du procès, l'une des parties civiles avait réclamé une peine à la mesure de l'ampleur “industrielle” des faits commis de 1962 à 1991. Dans son réquisitoire, le parquet a longuement insisté sur la quantité d'agressions et le nombre de victimes, rappelant plusieurs fois leurs noms et prénoms, mais aussi ceux des personnes prescrites. Ce procès est un iceberg. Dix victimes étaient présentes sur les quelques chaises blanches disposées en carré autour de la barre. 26 autres, entendues lors des quatre ans et demi de procédure, ont été déclarées prescrites, quand l'association La Parole libérée a estimé leur nombre à 80. Lors de l'audience, le père Bernard, comme il était appelé à Sainte-Foy-lès-Lyon, a avoué “un ou deux faits” chaque week-end. Jusqu'à cinq par semaine durant les camps de vacances. 

Lors de l'audience, Me Boudot, l'avocat d'une des victimes s'était adressé aux magistrats pour esquisser ce que devait être la réparation de la justice pour les victimes selon lui : “Que vaut une agression sexuelle ? Quelques milliers euros ? Dans un pays ou l'on indemnise très bien le préjudice physique, ce procès peut peut-être être celui ou l'on va commencer à indemniser préjudice moral. Dans mon cabinet j'ai défendu une jeune fille qui s'est fait renverser par une voiture. Elle a eu une cote cassée et 10 jours d'ITT. La justice lui a accordé 10 000€ d'indemnités. Je crois que préjudice de mon client est supérieur à une côte cassée”. C'est bien une peine supérieure à une côte cassée qui a été prononcée ce lundi par le tribunal lyonnais.

à lire également
La page des années Collomb se tourne dans un vent de fraîcheur à la Ville comme à la Métropole. Une nouvelle génération d’élus bouscule les codes de la vie politique et commet quelques maladresses. Depuis son élection, Grégory Doucet, le maire de Lyon, brille par une communication qui se retourne régulièrement contre lui. Les écologistes […]
Faire défiler vers le haut