Procès Alzraa : l'avocate générale évoque la fraude à la taxe carbone

Corrupteur présumé de Michel Neyret, l'ancien flic lyonnais, Stéphane Alzraa s'est présenté devant la Cour d'Appel de Lyon, jeudi 24 novembre. Condamné pour fraude fiscale et fraude à la TVA, il a été renvoyé en prison.

Ce jeudi se déroulait le procès en appel de Stéphane Alzraa, un escroc originaire d'Irigny, condamné pour fraude fiscale et fraude à la TVA à un an de prison ferme et 30 000 euros d'amende. Le réquisitoire prononcé par l'avocate générale est cinglant : "Je demande à la Cour de confirmer le jugement. Ce dossier n'est que la partie visible de l'iceberg, et il remonte doucement à la surface. Notamment avec l'affaire de la taxe carbone. M. Alzraa a des dossiers à Paris et à Lyon. C'est le moment de rendre des comptes, l'heure de répondre aux actes de fraudes." La représentante du Ministère public fait clairement référence à son rôle dans l'affaire Neyret et à son implication dans l'escroquerie à la taxe carbone.

Mis en examen, depuis le 29 septembre, pour corruption et trafic d'influence dans l'enquête sur l'ancien n°2 de la PJ lyonnaise, Stéphane Alzraa est soupçonné d'être l'un de ses corrupteurs. Le Lyonnais serait à la tête d'une petite fortune, gagnée notamment grâce à une escroquerie à la taxe carbone (cf. article Lyon Capitale). En France, le préjudice estimé par le Trésor public s'élèverait à 1,5 milliard d'euros. Fabrice Sakoun, l'un des cerveaux de l'escroquerie au CO2, jugée au tribunal correctionnel de Paris début octobre, a d'ailleurs été interpellé sur le yacht de Stéphane Alzraa à Cannes.

La note du fisc : 313 000 euros

Gérant d'une société de sécurité et d'alarmes, Stéphane Alzraa est poursuivi pour avoir soustrait à l'administration fiscale, entre 2004 et 2005, près de 280 000 euros. "Avec les pénalités, M. Alzraa nous doit dorénavant 313 000 euros", précise Me Liza Bozzoni, avocate de l'administration fiscale. "Je reconnais mes fautes. Mais j'étais jeune et j'ai été mal conseillé par mon comptable", assure Stéphane Alzraa, entouré par deux gendarmes. "Je ne me rendais pas compte. Je n'ai jamais été très doué dans la gestion des papiers." "Et quand vous vous serviez dans la caisse à des fins personnelles et que vous endossiez des chèques, vous vous en rendiez compte ?", rétorque le président de la 7e chambre de la Cour d'Appel.

Le 10 juin dernier, lors de l'audience du TGI de Lyon, Stéphane Alzraa ne s'est pas présenté. "Mes avocats d'alors, j'ai changé entre-temps, m'avaient conseillé de ne pas venir", plaide t-il. Stéphane Alzraa possède la double nationalité franco-israélienne. Un mandat d'arrêt international est lancé à son encontre le 30 juin. Les magistrats redoutent alors qu'il ne s'enfuie en Israël. Mais au cours de l'été, Michel Neyret est invité à Cannes, chez Stéphane Alzraa. Il sera également aperçu au volant de ses bolides. D'après une source judiciaire, Alzraa n'aurait peut-être pas été recherché avec "toute la vigueur requise". Après avoir délibéré, la Cour a rejeté la demande de remise en liberté de Stéphane Alzraa. Sur le fond, l'arrêt sera rendu le 1er décembre.

à lire également
Sur le site de la Manufacture des Tabacs, la faculté de Droit de l'Université Jean Moulin Lyon 3 ouvre pour la première fois ses portes en soirée, le jeudi 4 octobre. Au programme : conférences de ténors du barreau, procès fictif du personnage Severus Rogue de Harry Potter ou projection et débat autour du documentaire déjanté "Ni juge, ni soumise" en présence de la juge d'instruction belge Anne Gruwez  et des réalisateurs de l'émission Strip-tease...
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut