L'aéroport Lyon Saint-Exupéry extension T1

Privatisation de l'aéroport de Lyon : Vinci en finale ?

Selon La Tribune, l'Etat aurait retenu deux groupes pour la cession de leurs parts de l'aéroport Saint-Exupéry (60 %). Les heureux finalistes seraient le groupe français Vinci Airports et le groupe australien Macquarie.

La liste des prétendants éligibles au rachat des parts de l'Etat français de l'aéroport Saint-Exupéry se restreint. Il y a un peu plus d'un mois, ils étaient au moins sept prétendants. Le 4 juillet dernier, les offres fermes des intéressés étaient déposées. Selon la Tribune, l'Etat aurait déjà choisi les deux finalistes qui devront remettre une nouvelle offre la semaine prochaine. Une fois les collectivités locales concertées de nouveaux, l'Etat tranchera pour désigner le groupe qui garantit l'offre financière la plus élevée et/ou le dossier industriel le plus intéressant.

Vinci retenu sur deux tableaux

La filiale "Airports" du groupe français Vinci, forte de la gestion de 33 aéroports dans le monde dont 11 en France, serait sélectionnée au dernier tour pour l'aéroport de Lyon, mais aussi pour le rachat des parts de l'Etat de celui de Nice. En 2016, l'entreprise devrait également ajouter à sa liste de nouveaux aéroports au Japon et en République Dominicaine. Si l'offre financière de Vinci serait, selon la Tribune, très proche de celle de son concurrent australien, elle serait aussi légèrement inférieure. Cependant, un dossier industriel jugée plus intéressant pourrait permettre de faire peser la balance en leur faveur. Le géant français au chiffre d'affaire de 35 milliards d'euros en 2015 aurait donc deux chances de s'agrandir en France, que ce soit à Nice ou à Lyon.

La société d'investissent australienne Macquarie en concurrence

Face à Vinci, la société d'investissement australienne aurait elle aussi été retenue par l'Etat. Macquarie investit principalement dans le secteur des transports et possèdent des aéroports un peu partout dans le monde (Bruxelles ou Copenhague), totalisant la gestion de près de 115 millions de passagers par an. La société investit également dans le domaine de la communication et des énergies comme dans des centrales thermiques au gaz en Angleterre et au Pays de Galles ou un réseau de distribution d'eau au Royaume-Uni. En France, Macquarie Infrastructure and Real Assets (MIRA), gère une participation de 50 % dans le groupe autoroutier Paris-Rhin-Rhône et 64 % dans la société Pisto, un groupe français de stockage et de logistique de produits pétroliers.

à lire également
De la fumée a été détectée autour d'un avion ce jeudi matin à l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. Mais plus de peur que de mal au final. L'avion a pu prendre son envol normalement, après des vérifications.
1 commentaire
  1. Robes Pierre - 10 juillet 2016

    Vinci ou les autres? après les autoroutes, (Jospin+Villepin) les barrages EDF vendus à Electrabel, EDF scindé en Cie indépendantes, l'ouverture de la Cie Nationale au Fret étranger, les aéroports comme tout le reste payés par nos impôts vendus à des financiers quand le budget aurait bien besoin de ces revenus , qu'il serait plus intelligent d'emprunter vu les taux aux plus bas sans vendre les bijoux de famille.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut