Le samedi 14 août, les manifestants s’étaient répandus sur la Presqu’île après s’être élancés de Confluence. (Photo Hadrien Jame)

Près de 3000 personnes manifestent contre le pass sanitaire dans les rues de Lyon

Ce samedi 14 août, près de 3000 personnes, réparties en deux cortèges, ont défilé à Lyon sous un soleil de plomb, pour dénoncer la mise en place du pass sanitaire. Non déclaré, le rassemblement qui s’est déroulé en grande partie sur la Presqu’île a donné lieu à des confrontations entre forces de l’ordre et manifestants. 

Pour le cinquième week-end de suite des opposants au pass sanitaire ont battu le pavé dans les rues de Lyon. Après la pluie du week-end dernier, ce samedi 14 août les manifestants ont affronté la chaleur étouffante qui pèse sur la métropole lyonnaise depuis le milieu de semaine. 

Sous 35 degrés, le ressenti avoisinant parfois les 40°c, 1400 personnes se sont élancées, sur les coups de 14 heures, de la place Jules-Ferry dans le 6e arrondissement, à l’appel de "Coronafolie" et d’"Union Essentielle". Déclaré, le cortège s’est rendu dans le calme place Jean-Macé (Lyon 7e). 

De Confluence au Vieux-Lyon en passant par les Terreaux 

Dans le même temps, un autre rassemblement, composé lui aussi de 1400 manifestants selon la Préfecture du Rhône, déambulait de manière désorganisée dans les rues de la Presqu’île pourtant interdites en grande partie aux rassemblements revendicatifs, par un arrêté préfectoral. Non déclaré, ce cortège a commencé à se mouvoir depuis l’esplanade François-Mitterand à Confluence, vers 14 heures, en direction de la gare Perrache (Lyon 2e).  

Assez rapidement les manifestants ont pénétré dans le périmètre interdit par la Préfecture en faisant irruption sur la place Carnot. De là, ils ont alors rejoint la place Bellecour, peu avant 15h30, où une grande partie du mouvement a été dispersée par les forces de l’ordre à l’aide de gaz lacrymogènes, après, quelques faces à faces à l’entrée de rues, bloquées par les policiers et les CRS, donnant sur la place.

Une interpellation pour jet de projectile 

Alors que la manifestation semblait se résorber, sous l’action des forces de l’ordre et des rayons du soleil, un groupe a réussi à se frayer un passage jusqu’à la place des Terreaux,  donnant lieu à de nouveaux échanges de projectiles et gaz lacrymogènes entre CRS et manifestants. Selon la Préfecture, une personne a été interpellée dans l’après-midi pour "jet de projectile sur les forces de l’ordre". 

En fin d’après-midi, début de soirée, une centaine d’individus continuaient leurs pérégrinations dans les rues de la Presqu’île, puis du Vieux-Lyon, dans une sorte de jeu du chat et de la souris avec les forces de l’ordre.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut