Pollution aux PCB : état des lieux

Le préfet du Rhône a présenté mardi la première cartographie de l’impact des PCB sur les sédiments et sur les poissons pour le bassin Rhône Méditerrannée. Une carte qui montre l’ampleur de cette catastrophe, alors que les principaux pollueurs n’ont pas été condamnés.

Depuis fin 2005, date du premier constat de la pollution de l’eau du Rhône par les PCB (pyralène), aucune étude précise n’avait permis d’établir l’étendue des dégâts. C’est chose faite aujourd’hui.

La première cartographie des PCB

Lors de la 4e réunion du Comité d'information et de suivi du plan d'actions 'Rhône PCB' qui s’est tenue ce mardi, le préfet du Rhône, Jacques Gérault a donc présenté la première cartographie de l'impact des PCB sur le bassin Rhône-Méditerrannée. Le préfet a expliqué que les études depuis 2007 ont permis d'identifier les zones chargées en PCB au niveau des sols et des poissons. « Les lieux où les poissons moins bioaccumulateurs, poissons de pleine eau comme la carpe, sont les plus chargés en PCB sont des zones ultra-polluées, et la Confluence en fait partie  » remarque Philippe Ledenvic, directeur régional de l’environnement, de l’aménagement et du logement en Rhône-Alpes. 2500 analyses ont été effectuées sur les alluvions qui tapissent le Rhône et 122 cours d’eau affluents. Sur les impacts sanitaires, rien n'est déterminé encore. Une enquête nationale est en cours. Elle a sollicité 116 personnes du département du Rhône pour identifier de potentiels risques liés à la consommation de poissons péchés dans des fleuves contaminés. Puisqu’il est aujourd’hui avéré que le PCB passe dans la chaîne alimentaire.

Les camemberts

Pas de dépollution mais des mesures de protection

Le pôle de compétitivité Axelera a reçu 10 millions d’euros pour développer « une technologie qui n’existe nulle part ». L’idée est de concentrer la pollution à traiter et d’élaborer un traitement par une bactérie dévoreuse de PCB ou par des champignons, par la chaleur. Mais aujourd’hui, il n’existe que des hypothèses, aucun moyen concret pour dépolluer. D’autant que 200 grammes de PCB par an s'ajoutent en moyenne aux quantités énormes de sédiments pollués (plusieurs centaines de kilos) dans le Rhône et ses affluents. « Rien en comparaison des 1,5 kilos par jour déversés par les usines en 2005  », lance le maire de Meyzieu, impacté par l’affaire.

Mettant en action le principe de précaution, le préfet a donc prononcé 45 mesures d’interdiction contre la pêche. "Les douze pécheurs professionnels du Rhône sous le coup d'interdictions ont bénéficié de mesures d'accompagnement : des éxonérations fiscales, des subventions, voire des relocalisations, "a-t-il précisé. Il a aussi procédé à une investigation auprès des usines qui rejettent des PCB dans le Rhône, prononçant 7 mises en demeure « pour pollution accidentelle ou non » et saisissant le Procureur de la République.Pour 5 d'entre elles ont fait l'objet d'arrêtés préfectoraux de mise en demeure pour non respect du plan national d'élimination des PCB (non respect des dates d'élimination) ; il s'agit de :

- MORESCHI à Cognin (73) mécanique TS, à l'arrêt
- MSSA à Saint-Marcel (73) industrie du chlore
- SAMARCANDE à Notre Dame de Bellecombe (73) café restaurant
- LACROIX FAVRE ET DEPERY CARLY à Scionzier (74) usinage
- METALTEMPLE à Saint-Michel de Maurienne (73) fonderie de métaux ferreux.

ERDF et d'autres polluent encore

L’éradication de cette pollution tient essentiellement à la suppression totale de tous les transformateurs, pouvant contenir 5 litres et plus de PCB. "Nous travaillons en partenariat avec ERDF pour qu'ils éliminent tous les transformateurs avant la fin 2010, " a indiqué le préfet. Alain Chabrolle, ex-Frapna et aujourd'hui vice-président du Conseil régional chargé de l'environnement, réplique : "ERDF ne sera jamais capable d'éliminer tous ses appareils avant 2010, elle sera à peine capable de réaliser la moitié de cet objectif !" En France, plus de 515 000 appareils répertoriés fonctionnent encore. « On doit avoir une seule priorité les détruire. Et pas seulement les gros transformateurs d’usines mais aussi les transformateurs de poteaux, les transformateurs des agriculteurs, » ajoute Michel Forissier, maire de Meyzieu.

La Justice muette ?

Le Préfet, rassurant, a annoncé que la situation ne pouvait pas devenir plus alarmante. « Mais il faut dire la désolation dans laquelle on est et la catastrophe que ça représente," insiste Alain Chabrolle. Les associations de protection de l’environnement ont été les premières à déposer des plaintes contre les pollueurs et à exiger des réparations des préjudices causés. Mais seule la plainte contre X de Michel Forissier, maire de Meyzieu, déposée le 22 février 2007, avait été retenue. La même année, plusieurs autres maires avaient aussi choisi de porter plainte. Or, depuis trois ans, aucune nouvelle, bien que le préfet ait écrit trois fois au Procureur de la République. «  Je me réjouis des avancées scientifiques mais je suis très déçu de l’absence de réponse juridique au problème, » indique Michel Forissier. « On n’obtiendra certainement pas de réparations puisque certains ont pollué par ignorance ou n’étaient pas répréhensibles au moment des faits, mais il faut tout de même que la Justice s’exprime.  » Le préfet a promis de solliciter encore le Procureur sur les suites données aux plaintes.

à lire également
David Kimelfeld
Reçus ce vendredi par David Kimelfeld, les organisateurs de la marche pour le climat à Lyon ont de bonnes nouvelles pour l'environnement. Le président de la Métropole s'associe au vœu de sortie des énergies fossiles des investissements de la collectivité et a demandé la participation de citoyens à l'écriture du Plan Climat Energie Territorial 2020-2030 afin "d'aller plus loin face à l'accélération du changement climatique".   
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut