Philippe Grillot toujours plus proche de la démission

L'étau se resserre autour de Philippe Grillot : neuf des dix élus du bureau de la CCI ont présenté mardi leur démission. Son sort est désormais entre les mains du Préfet qui a promis de choisir l'option la moins sanglante.

François Turcas a mis ses menaces à exécution. Depuis vendredi, il agitait des lettres de démission de tous les élus du bureaux de la CCI , GPME et Medef compris, sous le nez de Philippe Grillot pour le contraindre à se démettre de ses fonctions de président de la CCI. Mardi, François Turcas est passé à l'action. Il a remis les documents au Préfet de région, Jean-François Carenco, qui exerce une tutelle sur la CCI. Le sort de Philippe Grillot est désormais entre ses mains. Dimanche dans un entretien accordé à Acteurs de l'Économie, il promettait de faire "en sorte qu'il n'y ait pas trop de sang sur les murs". François Turcas ayant mis ses menaces à exécution, l'issue la moins meurtrière reste le départ de Philippe Grillot. Face aux deux puissantes organisations patronales, le toujours président de la CCI de Lyon apparaît plus que jamais isolé. "Il n'a pas de soutiens. Il est condamné", juge un conseiller consulaire qui a donné les pleins pouvoirs à François Turcas.

Grillot amorce une sortie par le haut

Philippe Grillot refuse toujours à l'heure actuelle de démissionner mais le 2 décembre au plus tard, il devrait être mis sur la touche. La Chambre doit tenir son assemblée mensuelle et devra procéder au remplacement de l'intégralité du bureau : les 9 démissionnaires et le président. Difficile d'imaginer que Philippe Grillot puisse inverser la tendance. Vendredi, ses éléments de langage trahissaient bien le chemin vers la sortie que veut emprunter le président de la CCI élu en 2010 : "Je privilégie l'institution. J'ai travaillé pendant trois ans. Les gens reconnaissent que la CCI s'est améliorée, qu'elle est plus proche des gens. Je veux que la Chambre continue de se développer".

Une communication suicidaire

Philippe Grillot est sur la sellette depuis une dizaine de jours et la parution d'un entretien accordé à Acteurs de l'Économie. Deux passages ont cristallisé les mécontentements. Le président de la CCI est sous tutelle de la chambre régionale depuis une réforme voulue par l'État et Philippe Grillot tente de s'en sortir en expliquant que cet organisme est mal géré. Pour appuyer sa démonstration, il se lance dans un parallèle avec l'organisation politique en plein chamboulement. Il veut s'associer avec la métropole de Gérard Collomb et laisser la CCIR travailler avec la région Rhône-Alpes sur le reste du territoire. Des propos qui ont fait l'effet d'une bombe dans le milieu économique et politique. "Il a réussi à se mettre le Medef et la CGPME à dos. C'est un suicide. Je n'ai pas compris sa communication alors que c'est un type intelligent. Il n'a pas de plan B. Il a dit ce qu'il pensait, il a raison sur plein de point mais dans le monde feutré des patrons lyonnais, il ne sert à rien de foncer tête baissée dans un mur. Une partie des élus de la CCI n'attendaient qu'une occasion pour le faire sauter", glisse un patron proche de Philippe Grillot.

Le poids des centrales patronales

Entre Philippe Grillot et le faiseur de roi François Turcas les relations sont, en effet, tendues depuis le premier jour. Le patron de la CGPME ne digère pas les pulsions indépendantistes d'un président qu'il estime lui être redevable. En s'attaquant à la CCIR (Chambre de Commerce et d'Industrie Régionale) présidée par un élu Medef (Jean-Paul Mauduy), il s'est aussi mis à dos l'autre grande organisation patronale. Philippe Grillot par quelques maladresses s'est mis le patronat à dos. "Depuis des mois, Turcas attendait l'occasion pour faire sauter Philippe Grillot. Il l'avait dans sa ligne de tir, il n'attendait qu'un mobile", note un proche du président de la CCI. Ses heures sont maintenant comptées. Le préfet cherche le moyen d'offrir une porte de sortie acceptable à chacun des protagonistes.

À lire dans Lyon Capitale du mois de décembre, en kiosque vendredi, Philippe Grillot, la chute d'un électron libre où nous développons les vrais acteurs de sa mise à l'écart.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut