Perrache : les prisons deviennent "la vie grande ouverte"

Ce jeudi, la Sofade, vainqueur de l'appel d'offres pour le rachat du site des prisons de Perrache a présenté son projet, qui ouvre les prisons sur la ville.

Depuis une semaine, c'est l'effervescence autour des vainqueurs de l'appel d'offre des prisons de Perrache. La foncière Sofade et le promoteur immobilier OGIC, filiales de l'empire Norbert Dentressangle, vont signer la vente en décembre. Le départ du préfet Gérault au cabinet ministériel d'Alain Juppé a précipité la décision. Ainsi, leur projet intitulé "la vie grande ouverte" deviendra une réalité en 2014. Les travaux démarreront dès l'été 2012. "C'est une victoire collective. C'est le fruit de notre travail qui nous a fait gagner," a souligné la Sofade.

La catho aura un campus en cœur de ville

Le projet gagnant implique trois acteurs connus à Lyon : l'Opac du Rhône, Habitat et Humanisme et l'Université catholique de Lyon. Il est prévu que la Sofade rachète les deux prisons pour la somme de 25 millions d'euros. Elle revendra ensuite le site de Saint-Paul à la fac catho. L'université catholique s'est réjoui de pouvoir avoir enfin les conditions matérielles de ses ambitions : "Certes, c'est un défi immobilier, financier et aussi académique, mais nous sommes heureux de le relever."

Les architectes lyonnais Blondeau et Garbit, déjà concepteurs des locaux de la fac catho place Carnot, ont, de leur côté, réfléchi à l'aménagement du campus de l'université sur le site de la prison Saint-Paul. La rotonde centrale en forme étoile avec ses six ailes sera le point information de la fac catho. Une des ailes sera entièrement détruite pour permettre d'ouvrir la perspective de la place des Archives au Rhône. A l'étage, elle sera remplacée par un jeu de passerelles qui conduiront aux amphithéâtres et à la cafétéria. L'ESDES et la formation continue s'installeront dans les bâtiments cours Suchet qui seront préservés et doublés d'une peau métallique en cuivre. Une grande verrière couvrira cette "rue" intérieure, encadrée par des bâtiments de 22 à 35 mètres de haut.

Du logement social et des bureaux sur le site de St Joseph

Le cabinet d'architectes Ory s'est chargé de repenser la structure "en peigne" de la prison St Joseph. Le porche et les pignons de rue sont conservés avec la partie centrale qui accueillera un laboratoire de recherches sur l'économie sociale et solidaire. Tout autour, seront aménagés des jardins et des logements sociaux, très sociaux et d'accession à la propriété. "C'est tout à fait intéressant puisque ce projet parle de mixité sociale dans la ville", a indiqué Philippe De Mester, le directeur général de l'OPAC du Rhône. Le Père Bernard Devert d'Habitat et Humanisme prévoit aussi d'y implanter une résidence intergénérationnelle avec 108 chambres étudiantes et 25 chambres pour des personnes fragilisées.

Sur le quai, la Sofade prévoit de vendre 10 000 m2 pour des bureaux. La partie sur le Cours Suchet accueillera aussi 700m2 de commerces de proximité. "Les éléments patrimoniaux majeurs vont être conservés et mis en valeur. C'est sûrement ce qui nous a fait prendre l'avantage. J'en suis d'autant plus convaincu que nous n'étions pas le plus disant en matière de prix," a expliqué le directeur général d'Ogic, Gilles Bayon de la Tour. "On va ouvrir un trésor caché en conservant ses vertus d'ordre et d'intelligence. La mémoire carcérale est là dans les murs mais on est dans l'apaisement par rapport à un passé tumultueux," s'est enthousiasmé l'architecte des Bâtiments de France. Hormis sa qualité patrimoniale, les deux sites seront rénovés avec des normes HQE avec toitures végétalisées, récupération de l'eau de pluie, architectures bioclimatiques.

à lire également
Prison de Montluc
À l'occasion des Journées européennes du patrimoine, qui se dérouleront à Lyon ce 15 et 16 septembre, voici les lieux qui ouvrent exceptionnellement leurs portes pour le week-end.
2 commentaires
  1. lyonnais - 19 novembre 2010

    Que dire de ce projet?Qu'il est assez bien, oui.J'aime assez bien cette rue publique intérieur fermé par d'immenses vitres (je ne pense pas me trompé) au plafond laissant passer le soleil et qui marie bien le passé avec le moderne.Que ce projet va (re)donner de la vie au quartier de Perrache Sud comme dans les années 70/80.Mais que dire de ces petits trous de souris par laquelle les étudiants (6000) devront passés. A

  2. lyonnais - 19 novembre 2010

    Je finis, mais que dire de ces petits trous de souris par laquelle les étudiants (6000) quand même devront prendre puisqu'ils viendront pour la plus part depuis le Nord ?.Ah c'est sur que si notre César Collomb avait eu une vision à long terme nous aurions pu avoir un prolongement de la ligne A sur la Confluence avec un arrêt au niveau de Suchet/Charlemagne.

  3. jerome manin - 19 novembre 2010

    Il est heureux de vois qu'à Lyon quand le petit monde de Collomb ne confisque pas un projet, les choses peuvent être heureuses, transparentes et rapides.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut