Pédophilie : l'association La Parole libérée a reçu 400 témoignages

L'association de victimes avait permis de mettre au jour début 2016 les abus perpétrés pendant plusieurs décennies par le père Preynat.

Quelques 400 témoignages de victimes recueillis en moins d'un an d'existence, dont 90 % mettraient en cause des prêtres. En révélant ces chiffres l'association La Parole libérée prouve qu'elle colle à son ambition de permettre aux victimes d'abus sexuels, notamment au sein de l'Église française, de s'exprimer quant au traumatisme subi.

Créée en décembre 2015, l'association a initialement permis de révéler au grand public les décennies d'abus pédophiles du père Preynat, chef scout à Sainte-Foy-les-Lyon. L'affaire avait eu un retentissement d'autant plus fort que les victimes mettaient en cause le cardinal Barbarin, aujourd'hui blanchi par la justice, l'accusant d'avoir fermé les yeux sur les agissement du prélat.

Des faits anciens

Cette affaire avait conduit à de nombreuses révélations sur plusieurs cas de prêtres condamnés pour pédophilie et réintégrés par l'Église catholique. Une enquête à ce sujet est d'ailleurs consultable sur notre site d'investigation Lelanceur.fr.

Après avoir minimisé les faits L'Église catholique française avait pris au printemps des dispositions pour lutter contre les prédateurs officiant en son sein. La conférence des évêques de France a ainsi instauré des cellules d'écoutes qui ont pour but, elles aussi, de permettre aux victimes de libérer leur parole.

Un bémol tout de même, les personnes qui s'expriment sur ce type de traumatisme sont souvent très âgées. Les faits dont elles ont été victimes sont donc prescrits, et leurs auteurs parfois décédés sans avoir été inquiétés.

Lire aussi : Barbarin demande "pardon en profondeur à toutes les victimes"

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut