Partenariats public-privé : faut-il croire toutes leurs promesses ?

Économies, temps gagné, meilleure maintenance… Les prosélytes du PPP ne sont pas à court d’arguments. Lyon Capitale a étudié le partenariat public-privé sous tous ses angles pour démêler le vrai du faux et vous propose de tester vos connaissances avant de lire les réponses dans le mensuel d’octobre.

Vrai ou faux ?

• Le PPP permet de faire des économies

Cas pratique : le stade de Nice

• Le PPP permet de gagner du temps

Cas pratique : l’éclairage public

• Le PPP permet à la collectivité d’avoir un seul interlocuteur

Archive : Eiffage et sa filiale PPP

• Les risques sont partagés

Cas pratique : Rhônexpress

• Les bâtiments sont livrés avec moins de malfaçons

Cas pratique : la prison de Roanne

• Une entreprise privée opère une meilleure maintenance

Archive : l’expérience des DSP

• Le privé utilise mieux le bâtiment que le public

Cas pratique : l’hôpital de Bourgoin-Jallieu

----------------

Si nos suggestions de cas pratique ou d’archives à consulter ne vous ont pas complètement aidés à trouver des réponses fondées à ce quizz, nous vous conseillons de vous reporter au dossier spécial Finances publiques sur les partenariats public-privé de Lyon Capitale n°715, en vente en kiosques jusqu’au 25 octobre, et dans notre boutique en ligne.

à lire également
Stéphane Bouillon
Arrivé il y a tout juste un an à Lyon Stéphane Bouillon va quitter la préfecture du Rhône et d'Auvergne-Rhône-Alpes pour rejoindre le cabinet du nouveau ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut