OL Land : Meunier riposte

Ce vendredi, le député de l'Est lyonnais a déposé un amendement visant à supprimer l'amendement rendant d'intérêt général la construction d'enceintes sportives. " C'est la position que je tiens depuis deux ans et que j'avais inscrit dans ma profession de foi. Je continue mon travail. Et contrairement à ce qu'affirme Gérard Collomb, tous les problèmes ne sont pas réglés. Il doit arrêter de s'essuyer les pieds sur le Parlement. L'amendement n'a pas été voté ", espère Philippe Meunier.

Campant sur sa position, il continue de militer pour un grand stade au Puisoz. " Un stade de 60 000 places peut se faire sur 5 hectares et il en reste onze sur ce site. Ce n'est pas à Jean-Michel Aulas de décider de la politique de l'agglomération. Les patrons, c'est les élus de la République et pas seulement le roi soleil Gérard Collomb ", assène le député UMP. Plus tôt dans la semaine, il s'était entretenu avec François Fillon sur la question du grand stade lyonnais et pense avoir son soutien : " pour lui, l'amendement adopté en commission des affaires économiques doit répondre aux demandes des élus et pas leur imposer des projets ".

Le combat de Philippe Meunier continue donc et pour étayer ses propos, il élargit même son registre : " ce qui me gêne, c'est le financement public à hauteur de 200 millions d'euros. Il faudrait au moins que les élus soient d'accord. Gérard Collomb les méprise. Que ce soit avec le grand stade de l'OL ou avec la salle de l'Asvel où avec son compère Bernard Rivalta, il joue aux frères Dalton. Il impose le départ de l'Asvel à Villeurbanne. Gérard Collomb méprise l'identité des villeurbannais. En 2009, on ne gère plus une agglomération de la sorte ".

Paul Terra

Notre dossier complet sur OL Land en cliquant ici

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut