Nora Berra se retranche derrière le secret médical

Pendant six mois, elle a été arrêtée mais a continué à exercer ses mandats politiques. La Sécu avait fini par lui adresser une lettre d'avertissement. Ce que dément l'entourage de la secrétaire d'Etat lyonnaise.

Se faire épingler dans les colonnes du Canard Enchaîné est un signe de réussite politique. Même si tous les élus s'en passeraient volontiers.

Dans l'édition de ce mercredi 15 juillet, l'hebdomadaire d'investigation pointe du doigt la lyonnaise Nora Berra. Entre mai et novembre 2008, la conseillère municipale lyonnaise a été en arrêt de travail. Mais son incapacité à exercer son métier de médecin ne concernait pas ses mandats politiques.

A cette époque, elle a assisté à des conseils municipaux et a aussi continué à percevoir ses indemnités d'élus. Le Canard Enchaîné s'est procuré un rapport de contrôle de la Caisse primaire d'assurance maladie de Lyon.

L'enquêteur de la CPAM qui s'est saisi du dossier de Nora Berra avait conclu que : "la Caisse serait fondée à demander restitution des prestations journalières fournies". Au final, un simple courrier d'avertissement a été adressé à la toute nouvelle secrétaire d'Etat.

Dans la journée, le cabinet de Nora Berra nous a contacté pour donner sa lecture de l'article du Canard Enchaîné. "Leurs propos relèvent de la dénonciation calomnieuse. Le simple fait de dire qu'elle était en arrêt maladie, c'est déjà ne pas respecter le secret médical. Son activité de conseillère municipale n'avait rien d'illégale par rapport à son arrêt maladie. Elle avait le droit d'assister à des conseils municipaux. Elle n'a jamais non plus reçu de lettre de la caisse primaire d'assurance maladie. Elle n'a jamais rien caché. Et elle se réserve le droit de porter cette affaire devant la justice". Affaire à suivre.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut