Narcotrafic, islamisation : Collomb exagère selon le chef de la DGSI

Celui qui redeviendra maire de Lyon lundi, après avoir quitté le ministère de l'Intérieur avec fracas il y a un mois, avait parlé d'une "situation très dégradée" dans certains quartiers périurbains lors de son discours de départ. Un constat alarmiste contesté, ce vendredi, par Laurent Nuñez, patron de la DGSI jusqu'à la mi-octobre, aujourd'hui secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

"Je ne partage pas ce sentiment". Laurent Nuñez, l'un des hommes les mieux informés de France, en sa qualité de patron de la DGSI jusqu'au 16 octobre dernier, conteste les déclarations alarmistes de Gérard Collomb sur l'état de certains quartiers français. Des quartiers où "c'est plutôt la loi du plus fort qui s'impose, des narco-trafiquants, des islamistes radicaux, qui a pris la place de la République", selon l'inquiétude de Gérard Collomb, lors de la passation de pouvoir avec Edouard Philippe. Des quartiers où "aujourd'hui on vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face", poursuivait l'ex-ministre.

Des quartiers "pollués par une minorité"

Pour sa première interview en tant que secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez a contredit, ce vendredi matin sur Europe 1, l'ancien pensionnaire de Beauvau. "J'ai beaucoup travaillé en Seine-Saint-Denis, à Paris, à Marseille, dans beaucoup de quartiers, et ce que j'y vois, c'est une force et énergie républicaines énormes des populations qui vivent dans ces territoires pollués par une minorité de trafiquants de stups, d'auteurs de violences et par des pratiques communautaires, aussi", a commenté l'ancien patron de la DGSI. Avant de souligner la "politique de conquête républicaine de ces quartiers" conduite par le gouvernement. Et de rappeler le lancement de la police de sécurité du quotidien, la fameuse PSQ, principale réforme des mois Collomb à l'Intérieur.

"Fermeté" et "intégration"

Le discours alarmiste de Gérard Collomb avait trouvé écho dans Valeurs Actuelles la semaine dernière. La parution, très droitière, y rapportait les propos tenus, en off et il y a 8 mois, par Gérard Collomb sur l'immigration. Immigration dont la France n'aurait plus besoin, selon le futur maire de Lyon et qui ferait courir un risque au pays. "Je ne vois pas en quoi cela pourrait déstabiliser notre société", rétorque ce matin Laurent Nuñez. "Le gouvernement mène une politique d'immigration maitrisée, équilibrée", plaide le secrétaire d'état. Il souligne la fermeté des reconduite à la frontière pour les déboutés du droit d'asile "et en même temps" la politique d'intégration et les moyens qui lui sont consacrés. L'ex patron de la DGSI rappelle enfin que dans la lutte contre la radicalisation, cinq lieux de cultes lieux de cultes fermés récemment, des imams arrêtés et que les individus radicalisés continueront à être suivis.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut