MyVélo'v à Lyon : bon plan pour se mettre au vélo à assistance électrique ?

Si de nombreux trajets peuvent se faire très facilement à vélo dans l'agglomération de Lyon, certains habitants peuvent avoir envie de se tourner vers un modèle à assistance électrique pour faire des distances plus importantes ou grimper les collines avec une aide bienvenue. Avant de craquer pour un modèle classique, MyVélo'v peut être une bonne manière d'essayer un VAE.

Avec sa prime de 500 euros pour l'achat de certains types de deux roues, la métropole de Lyon a encouragé ses habitants se ruer sur les modèles à assistance électrique, pliants ou cargos. Le succès est tel que certains revendeurs se retrouvent régulièrement en rupture de stock depuis le début du déconfinement. Mais cela représente aussi un budget important, parfois supérieur à 2000, voire 3000 euros pour des beaux modèles.

Avant de franchir le pas, plusieurs solutions existent comme la location longue durée via un vélociste, le prêt par une boutique ou bien encore MyVélo'v.

Une offre à partir de 50 euros par mois

Il s'agit d'une offre de location de vélo à assistance électrique qui lie la métropole de Lyon, le groupe Decaux (Vélo'v) et le réseau cyclable. Deux abonnements sont proposées : un abonnement avec engagement d'un an à 50 euros par mois, ou une offre 1, 2 ou 3 mois à 60 euros par mois. Les salariés peuvent se faire rembourser la moitié de la location, non cumulable avec le remboursement transport en commun ou profiter jusqu'à 400 euros de forfait mobilité durable (lire ici) .

Pour souscrire, il suffit de passer par un lien dédié (voir ici), ou se rendre dans une boutique du réseau Cyclable de la métropole de Lyon. Seul gros bémol, cette offre n'est valable qu'un an. Il ne sera pas possible de garder le vélo au-delà de 12 mois. Par ailleurs, ce tarif comprend la mise à disposition du VAE pour 3000 km par an. Les gros rouleurs pourront se tourner vers d'autres offres de location ou franchir le pas pour l'achat.

Un excellent VAE

Le vélo de cette offre est un modèle Lapierre revisité par les équipes de Decaux. Il s'agit d'un modèle haut de gamme avec une assistance progressive de qualité. Il possède une autonomie autour de 50 à 60 km, des pneus anti-crevaison et freinages hydrauliques. Dans le commerce, il faudrait débourser 2 000 / 2 500 euros pour avoir un équivalent.

Un antivol pliant Abus est également compris dans l'abonnement, ainsi que l'entretien et la maintenance dans les magasins Cyclable de Lyon (qui propose le vélo en test). Il est possible de souscrire des options en plus pour quatre euros par mois par supplément : panier avant, sacoche latérale, antivol de cadre, siège enfant.

Une autre option est proposée à 5 euros par mois et elle est incontournable à Lyon : l'assurance vol et dommage. Sans elle, une caution de 1 250 euros sera demandée. Elle est ramenée à 400 euros si l'assurance est souscrite. Ainsi, pour profiter de MyVélo'v l'esprit tranquille, il faudra débourser au minimum 55 euros par mois et respecter une règle : il est obligatoire de stationner le vélo dans un endroit sécurisé de 21h à 6h du matin. Pas toujours simple dans une ville de Lyon où les stationnements sécurisés sont très rares et majoritairement dans les parkings LPA (avec un abonnement à partir de 36,90 euros par an).

Malgré tout, cela reste une bonne offre pour tester un VAE. L'abonnement trois mois, peut être un bon compromis avant de passer à l'étape suivante.

à lire également
Un homme d'une trentaine d'année a été interpellé mardi à Villeurbanne après avoir tenté d'échapper à la police. Sans permis, il a refusé de s'arrêter à un contrôle de police, il a pris la fuite avant de percuter un véhicule avec notamment 2 enfants à l'intérieur.
7 commentaires
  1. raslebol69 - 18 juin 2020

    Avec des batteries fabriquées en Chine et très polluante (difficilement recyclable) c'est totalement anti-écologique.

  2. Bernard6 - 18 juin 2020

    20 000 personnes utilisant à un moment ou l'autre d'une journée 2000 Vélo'v électriques
    ou 20 000 personnes faisant démarrer et rouler 20 000 voitures,
    l'anti-écologie n'est pas tout à fait là où vous dites. 🙂

  3. Pije - 19 juin 2020

    Arrêtons de faire croire que un vélo en plus = une voiture en moins.
    Les chiffres d'aujourd'hui le montre bien on est plutôt dans l'équation suivante :
    un trajet vélo en plus = un trajet en transport en commun en moins
    Bien évidemment ceci ne concerne que le cœur de la métropole à savoir Lyon et Villeurbanne
    Pour le reste de la métropole, rien n'est mis en place concrètement à tel point que les fameuses cartes de temps de trajet à vélo qui ont été publiées récemment oubliaient carrément des communes de la métropole et ajoutaient des communes qui n'en font pas parti.

    Merci de m'indiquer comment en habitant au sud de Lyon et travaillant à Dardilly et Brignais peut faire raisonnablement ses trajets domicile travail autrement qu'en véhicule motorisé nous protégeant des intempéries (je n'ai pas dit voiture puisque ça semble vous heurter).

    1. Bernard G - 20 juin 2020

      Il est consternant que près d'un demi siècle après qu'un candidat à la présidentielle (René Dumont) ait basé sa campagne sur les problèmes d'environnement, et contribué à la prise de conscience des ces problèmes, il existe encore des gens qui en sont réduits à demander :
      "comment en habitant au sud de Lyon et travaillant à Dardilly et Brignais peut faire raisonnablement ses trajets domicile travail autrement qu'en véhicule motorisé nous protégeant des intempéries" ?

      S'être laissé acculer à une telle situation, un tel écart entre le vivre et le travail, n'avoir rien entrepris pour réduire la distance, avoir continué à penser la seule voiture comme la solution facile, ne pas concevoir que ceci aura une fin, c'est totalement déraisonnable.

      Bernard G (ex Bernard6)

      1. Pije - 21 juin 2020

        C'est juste les circonstances de la vie qui nous amène dans cette situation
        Au début les 2 conjoints travaillent au sud, voilà pourquoi nous y sommes installés.
        Depuis les changements dans nos vies professionnelles pas toujours voulus (licenciements) nous ont conduit à devoir nous déplacer plus et de façon non systématique (pas de train-train quotidien). Demain peut être retrouverons nous des mission plus proches de notre domicile.

        A l'aube de la retraite, nous ne souhaitons pas (et surtout nous n'avons pas les moyens) quitter notre maison.

        Pour tenir de tels propos je suppose que vous êtes citadin travaillant depuis des décennies au même endroit et que jamais vous ne pouvez admettre que des gens ne fassent pas comme vous

        Lyon n'est malheureusement pas en mesure d'accueillir tous les gens qui y travaillent. Pour ce qui nous concernent c'est la métropole de Lyon et pas la vile de Lyon qui nous importe.

      2. Pije - 21 juin 2020

        Comme beaucoup vous ne savez répondre que par l'invective et les remises en cause de la façon de vivre des gens sans même vous demandez quelle est leur vie.
        Comme vous faites référence à un homme que je respecte en tant que professionnel de l'environnement (et formé pour cela dans les années 80) mais dont malheureusement les écrits ont été complètement dévoyés par les écologistes politiques actuels.
        Cet homme était ouvert et acceptait le dialogue ce que la nouvelle génération n'applique plus.
        Le début de votre propos est dans cette logique quand vous considérez que mes propos sont consternants et qu'ensuite vous supposez des faits nous concernant pour finir par nous traiter de déraisonnables.

  4. Pije - 19 juin 2020

    Au secours merci d'utiliser correctement la langue française

    La sociologie est une science et ses spécialistes sont les sociologues
    L'écologie est une science et ses spécialistes sont les écologues
    Le socialisme est une courant de pensée politique et ses adhérents sont les socialistes
    L'écologisme est une courant de pensée politique et ses adhérents sont les écologistes

    On pourrait considérer que l'écologie est une idéologie mais chacun sait où peuvent mener les idéologies

    Une science n'a pas de parti pris politique

    Merci de respecter notre belle langue et d'arrêter de faire croire pour certains qu'ils sont scientifiques.

    Je ne sais pas non plus à quoi correspond une anti-science (Anti-écologie selon Bernard6)

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut