Moïra Phoebé Huet MT180 secondes
© Tim Douet

Moïra-Phoebé Huet : "identifier les bruits qui nous déconcentrent"

Cette année et pour la cinquième fois consécutive, l'Université de Lyon participe au concours "Ma thèse en 180 secondes". 14 doctorants lyonnais viennent présenter leurs 14 thèses respectives dans le concours. Ils auront 3 minutes, et pas une seconde de plus, pour vulgariser leur travail devant le jury. L'an dernier, c'est le doctorant en génie civil Thibaut Souilliart et son travail sur l'Usure des tubes GV générée par des impacts répétés contre les supports à jeu qui avait su convaincre le jury. Rendez vous le 29 mars pour la finale lyonnaise du concours.
Avant de les découvrir sur scène, Lyon Capitale vous propose de les rencontrer en avant-première sur son site. Chaque jour, nous laissons la place à un doctorant et une thèse (des neurosciences à la mécanique en passant par la physique). Il a trois minutes pour rendre passionnant son sujet, souvent pointu et rempli de mots techniques. Un seul d’entre eux sera retenu pour participer à la finale nationale.

La candidate du jour : Moïra-Phoebé Huet

INSA Lyon

Psychoacoustique, neuroscience et cognition

Intitulé de la thèse : L'irrelevant sound effect (ISE) dans les bureaux ouverts : signatures neuronales des auditions normales et altérées

Son parcours en 5 dates :

2011 : Stage de recherche

2010-2012 : Master en psychologie du travail, des entreprises et du consommateur

2012-2013 : Master en neuropsychologie

2015 : Reprise d'étude, master de statistique

2016 : Début de tèse dans les laboratoires du CRNL et du LVA

L'objet de la thèse en 3 lignes :

Identifier les sons, et plus particulièrement les caractéristiques de la parole, vers lesquels se porte notre attention auditive afin de mieux comprendre les composantes du bruit qui nous perturbent, comme par exemple lorsqu'on travaille dans les open-spaces, ou les bureaux ouverts.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

C'est, avant toute chose, l'interdisciplinarité de ce projet de thèse qui m'a séduit. J'affectionne particulièrement les domaines de recherche où plusieurs expertises sont nécessaires, car c'est enrichissant d'être confrontée à différents points de vue. Mon thème de recherche se situe au croisement de mes trois domaines d'étude, à savoir la neuropsychologie, la psychologie du travail et les statistiques. Ensuite, les applications à long terme de mes recherches sont tournées vers le bien-être des gens, que ce soit les personnes qui travaillent en bureaux ouverts ou les personnes malentendantes.

Pourquoi participer au concours "Ma thèse en 180 secondes" ?

La recherche est importante pour le développement d'une société. C'est donc nécessaire qu'on apprenne à communiquer autrement qu'uniquement avec des articles. Ce concours était une opportunité pour d'une part apprendre à mieux communiquer, et d'autre part partager les connaissances que j'ai acquises.

à lire également
La cour administrative d’appel de Lyon s’est projetée dans le futur : 24 étudiants de la faculté de droit de l’Université catholique de Lyon ont mis en scène trois procès fictifs sur des affaires liées à l’évolution technologique. Quelle décision prendrait la cour si elle était plongée dans la série d’anticipation Black Mirror ? Ce vendredi 29 juin, […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut